Forum francophone sur le groupe allemand de néo-métal/Rock
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 8 Juin - 22:56

Bonsoir tout le monde !
Je sais que l'humeur n'est pas au beau fixe et j'en profite pour rendre hommage à Rély, que je n'ai malheureusement pas pu connaître.
C'est la première fois que je publie un topic sur ce forum, aussi je stresse à mort quant à vos réactions.
Je commencerais d'abord par un simple OS et selon si ça vous plaît ou pas, je publierais ma fiction (en espérant quand même que ça vous plaise un minimum U_U).
Si jamais vous voyez des fautes, n'hésitez SURTOUT PAS à me les signaler !!!

bzoox

esiol


♪°♥°♦°♣°♠°♫


- Lucie, mais dis quelque chose !
- Et quoi ?! Répliqua la jeune fille, en pleurs. De toute façon, j'ai beau dire, ça ne change absolument rien, ils ne s'arrêtent jamais, seulement quand tu es là.
Le grand jeune homme brun qui lui tenait compagnie poussa un soupir et la prit dans ses bras en lui frictionnant le dos.
- Lulu, ma chérie, tu sais je serais pas toujours là pour t'aider, et je peux rien faire de plus que tout ce que j'ai fais jusqu'à présent !
- Mais ça marche pas, tu l'as bien vu !
- C'est parce que tu ne veux pas que ça marche.
Elle releva la tête vers lui, surprise, puis le repoussa brusquement avec colère.
- Quoi ?! Parce que tu crois que j'aime me faire insulter tous les jours au Lycée par des gens que je ne connais même pas ? Tu crois que j'aime quand ils me persécutent ? Quand je suis obligée de rentrer chez moi en courant pour qu'ils ne me chopent pas à la fin des cours ? Quand je...
- Calme-toi, lui murmura son petit ami d'une voix douce.
- Mais Chris'...
- Calme-toi.
Elle plongea alors dans les yeux bleus du beau Christian Linke et comme toujours, y trouva la sérénité qu'elle recherchait. Il lui sourit et caressa tendrement sa joue. C'était ce qui l'avait attiré en premier chez Lucie, un an plus tôt. Cette fragilité qui émanait d'elle, cette timidité, ce manque de confiance. Il avait réussit à traverser la barrière, à rentrer dans son monde, et en était petit à petit tombé amoureux. Il avait bataillé dur pour préserver leur relation, entre les concerts, les tournées, les fans, la presse, et ses propres problèmes à elle, mais il avait réussi à trouver un équilibre, un juste milieu. Il avait transformé leur amitié en un amour assez fort pour que Lucie réalise que la vie n'était pas toute faite de noir. Malheureusement ces temps-ci le noir semblait vouloir l'engloutir totalement, et le jeune homme ne savait plus quoi faire pour l'en sortir. Ses amis lui avait dit que c'était à elle de le faire. Mais ça, la jolie brune aux yeux sombres s'en trouvait incapable.
- T'aurais pas dû t'enticher de moi Link', murmura-t-elle en fixant le par-terre de la chambre du jeune homme.
Il leva les yeux au ciel et s'étendit sur son lit.
- Pourquoi ? S'enquit-il d'une voix où perçait une certaine lassitude.
Ce n'était pas la première fois qu'elle lui sortait ce genre de bêtise. Elle lui jeta un regard triste.
- Je t'ennuie, j'suis pas intéressante.
Il haussa les épaules.
- Tu l'es pour moi, et je suis pas le mec le plus passionnant de la Terre non plus.
Lucie ricana.
- Arrête, t'es le mec idéal.
Il arqua un sourcil et se redressa.
- Parce que le mec idéal pour vous les filles, il est louche, il a un passé de dealer, et il est jamais là ?
La jeune femme sourit en secouant la tête. Le brun lui prit la main et l'attira contre lui.
- Non, rectifia Lucie. Il est grand, il est beau...
- Je suis beau pour toi, parce que tu m'aimes.
- J'aurais préféré, marmonna-t-elle, acerbe.
Il roula à nouveau des yeux en riant.
- Et c'est tout ? Il est juste grand et beau ? Dis-donc vous êtes pas difficiles ! La taquina-t-il.
- Mais non ! S'énerva-t-elle faussement. Il est grand, beau, fort...
- J'ai pas d'force.
Elle lui lança un regard perçant.
- Si ! T'as des muscles, donc t'as d'la force. Je continue.
Le jeune homme éclata de rire.
- Il est gentil, il est drôle, il est protecteur, il est honnête, il est doux, il a du charme, beaucoup de charme, il est diplomate, il a un t-shirt éponge, il sait faire oublier ses problèmes à une fille, il la traite comme une princesse, même quand elle ne vaut pas le coup, il répond toujours quand elle l'appelle, il lui montre assez souvent qu'il l'aime pour qu'elle n'ait pas de doutes, il est toujours disponible en cas de problème...
Elle n'eut pas l'occasion d'aller plus loin dans sa description du mec idéal car son petit ami, touché par cette énumération, la coupa en l'embrassant tendrement. Lucie lui caressa la joue et se rapprocha de lui. Il ne consentit à la libérer qu'après un long moment.
- C'est vraiment comme ça que tu me vois ? Murmura-t-il, ému.
Elle sourit timidement et hocha la tête. Il lui rendit son sourire en secouant le menton puis l'embrassa à nouveau.
- J'ai vraiment de la chance que tu sois tombée amoureuse de moi, chuchota-t-il ensuite.
Ce fut au tour de la jeune fille d'arquer un sourcil et de lui en demander la raison, après avoir spécifié qu'elle même n'aurait certainement pas appelé ça de la chance, dans son cas.
- T'es tellement...
Il plissa les yeux et secoua à nouveau ses mèches brunes.
- T'es souvent dans ton monde, ailleurs, tu es timide, discrète, effacée, alors que tu vaux bien mieux que toutes les autres filles, t'es bien plus belle...
- J'suis belle pour toi, parce que tu m'aimes, le taquina-t-elle.
Il sourit et lui caressa la joue.
- Non, les autres aussi te trouvent belle.
- Oui, j'ai cru voir, marmonna-t-elle au souvenir des sifflets qui résonnaient continuellement quand elle arrivait en cours.
- Et t'es fragile, continua Christian, comme s'il n'avait pas entendu. J'ai l'impression qu'il suffirait que je me retourne rien qu'un instant pour que tu t'effondres.
En disant ça il resserra son étreinte.
- Ça serait sûrement le cas, avoua-t-elle en détournant le regard.
Le jeune homme soupira. Il savait bien que sa petite amie avait besoin d'être protégée, guidée, mais quand lui partirait pour sa prochaine tournée, il ne pourrait pas l'emmener avec lui. L'équipe refuserait de s'encombrer d'une jeune fille de dix-neuf ans qui n'avait pas fini ses études et n'avait aucune qualification. Ce serait une perte d'argent et un risque non négligeable au niveau des assurances et de la presse. Il passa un doigt le long de ses lèvres.
- Et comment tu feras quand je serais pas là ? Tu resteras cloîtrée chez toi, planquée sous ta couette, la porte fermée à double tour, les rideaux tirés et le téléphone débranché ?
Lucie baissa les yeux et se mordit la lèvre pour ne pas pleurer. Puis elle se redressa et s'assit en lui tournant le dos. Il s'approcha et voulu passer un bras autour de sa taille mais elle se leva pour lui faire face, les bras croisés, les lèvres pincées et les yeux humides.
- Excuse-moi mon cœur, j'aurais pas dû dire ça, c'était méchant...
- J'vais partir, tu sais Chris', murmura Lucie.
Il fronça les sourcils.
- Quoi ? Où ça ? Attends, je suis désolé, je...
Elle secoua la tête.
- Je vais quitter Hambourg.
Il écarquilla les yeux et la jeune femme se mordit les lèvres de nouveau.
- QUOI ?! S'écria-t-il en prenant pleinement conscience de ces quatre mots. M-mais... quand ? Pourquoi ? Pour Où ? Et pendant combien de temps ?
La brune fixait le sol et s'appuya contre le mur, face à lui.
- Tu sais que mes parents habitent dans la campagne, du côté de Neckarausen [c'est une ville à côté de la frontière] ?
Il hocha la tête.
- Et bien ils m'ont encore proposée de revenir vivre avec eux, et cette fois j'ai dis oui.
- M-mais, balbutia Christian horrifié.
- Ça fait longtemps qu'ils me le demandent, et si je reste c'est juste pour toi... Chris', j'ai presque pas d'argent, je bosse comme une malade pour pouvoir "vivre" et continuer mes études en même temps, alors même que les cours sont un cauchemar au quotidien, tu es la seule raison valable qui me pousse à rester ici et tu vas partir pendant des mois en tournée, me laissant seule ici...
- Mais j'vais revenir ! Plaida le musicien.
- Et tu vas repartir !
- J'peux te trouver un poste dans le staff...
- Tu sais bien que non.
- Mais je... tu... NON !
Il se leva et pris les mains de la jeune fille pour les porter à ses lèvres.
- S'il-te-plaît, implora-t-il.
- Tu peux pas m'demander ça Chris', j'ai eut des tas d'occasions de partir et je suis resté, pour toi. Maintenant c'est toi qui t'en vas et tu me demandes de rester seule ici ? Sans toi j'y arriverais pas, je préfère être seule là-bas.
- Mais si tu pars on se verra plus du tout !
- Si... pour commencer quand tu passeras en concert.
- En concert ? Répéta-t-il à la fois atterré et désespéré. Non !
Il la pris brusquement dans ses bras et la serra contre lui.
- Non, non, non, non, non ! Y a d'autres solutions ! Tu peux changer de lycée...
- C'est déjà le quatrième que je fais [n'oublions pas que chez les allemands le lycée commence en sixième et fini un an après la terminale, il dure neuf ans quoi [les pauvres putain]].
- Ben changes encore !
- Linke, soupira la jeune fille.
- Fais comme Dav' et Timo, arrête les cours !
- Pour faire quoi ? Serveuse jusqu'à la fin de mes jours ?
- Si c'est l'argent le problème, moi j'en ai pour deux ! Et... pourquoi tu deviendrais pas notre webmaster ?
- Parce que vous en avez déjà un --'.
- Si on le vire on en aura plus 8D. Et comme ça tu pourras gérer notre site officiel ! Maquilleuse tiens ! Costumière !
- Je ne veux pas laisser tomber mes études, c'est tout ce que j'ai.
- Continues par correspondance. Hey, tu pourrais être notre attachée-presse ! En plus tu parles anglais, français, espagnol, russe, italien...
- Ça reviendrait à faire ce que tu me reprochais tout à l'heure, sauf qu'au lieu d'être cloîtrée chez moi, je serais cloîtrée dans un bureau.
Le jeune homme se prit la tête entre les mains.
- Non, hors de question que ça se finisse comme ça. Hors de question que ça finisse tout court, marmonnait-il.
Il commença à faire des cent pas puis s'immobilisa et fixa intensément la brune.
- Pourquoi... pourquoi t'affrontes jamais les choses ? Pourquoi tu fuis tout le temps ?
Lucie serra les poings.
- Tu préfèrerais peut-être que je les laisse me violer ?! S'emporta-t-elle.
- Non ! Bien sûr que non, mais...
- Je ne peux pas me battre contre eux Linke, ils sont trop nombreux, trop forts !
- Et quoi ? C'est tout ? C'est pour eux qu'on se sépare ?
Elle haussa un sourcil.
- Mais on se sépare pas, qu'est-ce que tu racontes ?
- Excuse-moi mais tu vas quand même te barrer à l'autre bout de L'Allemagne !
Elle baissa la tête.
- Je suis désolée mais je refuse de rester ici si tu n'y es pas.
- Et moi je refuse de te perdre !
Ils s'affrontèrent du regard pendant quelques secondes, les bras croisés et l'air déterminé, puis craquèrent en s'enlaçant tendrement.
- D'accord, si tu me trouves une place dans le staff, je veux bien te suivre sur la tournée, céda la jeune femme.
Le brun eut un immense sourire et ferma les yeux. Déjà qu'il vivait presque chez elle, quand ce n'était pas l'inverse, ils allaient passer près de cinq ou six mois en autarcie, confinés dans un bus, sans jamais se quitter ou presque. Le bonheur. Il s'écarta légèrement pour embrasser sa belle, essayant par ses lèvres de lui procurer tout le bonheur qu'il ressentait.
- Compte sur moi, ma princesse, j'vais t'trouver un poste, et tu continueras aussi tes études !



bon, apparemment mon texte est trop long ^^' alors je vais le faire en plusieurs posts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 8 Juin - 22:57

Voilà la partie 2...

~~¤~~¤~~


Malheureusement pour Linke, cette tâche ne fut pas aussi aisée qu'il le croyait. On lui avait dit qu'il pouvait y avoir un poste en que garde du corps, ce qui était absolument hors de question, et de toute façon Lucie ne serait pas prise. Ou alors pour installer le matériel mais le problème était le même, elle n'avait pas le gabarit adéquat. Il eut beau chercher, et les cinq autres membres de son groupe l'aidèrent autant qu'ils purent, mais aucun poste qui pourrait lui être accessible n'était vacant. Il pensa alors à faire renvoyer des employés, et ses amis l'en dissuadèrent vivement. Puis il demanda à ce qu'elle les accompagne sans rien donner en retour, mais comme il s'y attendait, il y avait un problème au niveau de la presse, des assurances et de l'argent. Puis un poste auquel personne n'avait pensé alors qu'il était pourtant flagrant s'imposa à lui. Interprète. Ils n'avaient pas d'interprète attitré et changeait toujours en fonction des pays et des boites qui les interviewaient. De plus, grâce à ses parents et au reste de sa famille, Lucie parlait un bon paquet de langues, ce qui pourrait s'avérer très utile. Il proposa donc son idée au reste de l'équipe qui décida d'y réfléchir. Un poste en plus c'est un salaire en plus, sans parler des assurances ! L'avantage, c'était que le groupe n'avait plus ni manager, ni producteurs, il aurait donc une plus grande liberté au niveau des embauches.
Finalement, une semaine plus tard, on lui annonçait que Lucie était convoquée pour passer un entretien. Il jubila et fila directement le dire à sa belle. Celle-ci pâlit.
- Mais j'y arriverais jamais, se plaignit-elle d'une voix étranglée.
- Mais si ! T'es la meilleure, tu vas tous les niquer ! S'exclama son petit ami avec entrain.
Ils passèrent les jours suivant à préparer CV et lettres de motivations, sans parler du discours qu'elle tiendrait lors du fameux rendez-vous.
Arriva enfin la date fatidique. Lucie était dans un état de stress qu'elle n'avait jamais atteint auparavant. Cet entretien déciderait de son avenir. Il lui permettrait de quitter le lycée, d'avoir un salaire fixe, de voyager, de mettre en pratique toutes les connaissances linguistiques qu'elle possédait, mais aussi et surtout, de ne plus quitter Linke du tout ! Ainsi dans le cas contraire ils seraient sans doute séparés de manière définitive. Elle tremblait, transpirait, tentait vainement de penser à autre chose.
- Calme-toi, lui répétait le brun en la cajolant. Ça va aller, tu verras...
Mais il avait beau lui dire tout ce qui lui passait par la tête, ça ne la rassurait pas.
- Ma princesse, faut à tout prix que tu te calmes, implora-t-il en lui prenant les mains.
Elle arrêta de faire des cent pas, ferma les yeux et inspira profondément avant d'expirer lentement. Le jeune homme la prit dans ses bras, escomptant lui transmettre son calme. Ça fonctionna, pour son plus grand soulagement. Lucie inspira profondément et s'emplit les narines de son odeur, effet relaxant garantis ! Elle se détendit petit à petit et il releva son menton pour l'embrasser tendrement.
- Je t'aime, chuchota-t-il contre ses lèvres.
Elle lui rendit son baiser et l'attira plus près d'elle. Linke passa le pouce sous son pull et son t-shirt pour lui caresser la peau. Il s'écarta et entreprit d'embrasser le reste de son visage, de mordiller ses lèvres, puis de descendre le long de sa mâchoire, et de son cou. Il sentit son cœur battre plus vite et sa main remonta plus haut sur la taille de la jeune femme. Lucie passa les bras derrière sa nuque et glissa ses doigts dans les cheveux du brun. Elle le colla doucement contre le mur et il revint jouer avec ses lèvres, qu'elle mordait. Puis, conscient qu'ils allaient peut-être un peu trop loin et que ce n'était ni le lieu, ni le moment pour ce genre de choses, il délaissa sa bouche à regret et appuya son front contre celui de sa petite amie, se forçant à respirer lentement. Elle quémanda encore un baiser qu'il n'aspirait qu'à lui donner mais il posa le pouce sur ses lèvres.
- Sois sage, chuchota-t-il.
Lucie hocha la tête et entreprit à son tour de calmer ses pulsions. Au moins elle n'était plus stressée.
- Hey, sois pas trop sage quand même hein, précisa le musicien. Parce que dès que tu sors de cette salle...
Ses yeux pétillèrent et la jeune femme sourit malicieusement.
- T'inquiètes, murmura-t-elle.
Il leur tardait à présent à tous les deux que cet entretien se termine. Une porte s'ouvrit à ce moment dans le couloir, les faisant sursauter. Lucie s'écarta vivement de son petit ami quand un homme sortit pour leur faire face. Plutôt grand, les cheveux grisonnants, l'air stricte, il les regarda de haut en bas avant de lancer d'une voix de stentor:
- Mademoiselle Hobbs ?
Lucie déglutit et souffla discrètement pour se donner du courage.
- Oui, c'est moi.
- Et vous, jeune homme ?
- Je suis Christian Linke, le bassiste du groupe Panik.
- Ah oui, dit l'homme en hochant la tête. C'est vous qui m'avez recommandé cette demoiselle, n'est-ce pas ?
- C'est exact, répondit le brun d'une voix qu'il voulait assurée.
- Bien, dans ce cas veuillez me suivre, je vous prie, Mademoiselle.
Elle hocha la tête et s'exécuta après une dernière pression sur la main de son amoureux. La porte qui se ferma dans son dos retentit à ses oreilles comme un gong de mauvaise augure. À présent elle était seule, elle ne pouvait compter que sur elle-même, et elle avait intérêt à assurer. Elle s'installa dans le fauteuil que l'homme lui présentait et s'apprêta à répondre à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 8 Juin - 23:00

Et la partie 3...

~~¤~~¤~~


Linke avait déjà parcouru trente fois le couloir de long en large et entamait sa trente-et-une-ième fois en se rongeant le peu d'ongles qui lui restait. Il était mort de stress. Un tas de questions et de suppositions farfelues flottaient dans sa tête. Si ça se trouvait ce type était un vieux pervers qui n'aspirait qu'à violer les jeunes filles de dix-neuf ans brunes aux yeux noirs ! Dans ce cas il l'avait jetée dans la gueule du loup ! Non ! C'était impossible, ce mec était riche comme Crésus et très connu dans le milieu de la musique, il ne pouvait pas se le permettre. De plus il savait pertinemment que lui, Christian Linke, musicien mondialement connu, ne laisserait pas passer une chose pareille, provoquant de ce fait un scandale international qui ruinerait sa carrière.
Il colla pour la énième fois son oreille à la porte et entendit exactement la même chose que toutes les fois précédentes: rien ! Si ça se trouvait, elle était tellement stressée qu'elle n'arrivait pas à parler. Ou alors il ne la laissait pas en placer une. Ou peut-être qu'elle avait eut trop peur et qu'elle avait filé par la fenêtre.
- Stop ! Calme-toi, ça va aller, se dit-il pour lui-même. Y a pas de raison que ça n'aille pas.
À peine avait-t-il fini sa phrase qu'une foule de raisons s'imposa à lui. Elle était jeune, n'avait aucune expérience professionnelle dans ce domaine, était timide et réservée, stressait facilement, n'avait pas beaucoup de répartie... Il soupira et regarda sa montre pour la énième fois. Trente-trois minutes qu'elle était enfermée là-dedans et qu'il stressait comme un fou. Le pire était de ne rien savoir du tout.
Quand ENFIN la porte s'ouvrit, il fut tellement surprit qu'il frôla la crise cardiaque.
- Bien, je vous remercie, Mademoiselle Hobbs, dit l'homme en lui tendant sa main, qu'elle serra. Je vous souhaite une bonne fin de journée.
- À vous de même, Monsieur Steinmal, répondit la jeune femme, un sourire aux lèvres.
L'homme ferma la porte à clef et s'en alla, après avoir salué Linke. Quand il eut disparut au coin du couloir, Lucie poussa un soupir et ses épaules s'affaissèrent.
- Alors ? S'enquit son compagnon, aussi soulagé qu'elle.
- Je... je crois que ça a été, dit-elle d'une voix incertaine. Il avait l'air satisfait.
Il lui ébouriffa les cheveux et passa un bras autour de ses épaules.
- On rentre ? Proposa-t-il.
Elle hocha la tête en l'enlaçant à son tour. Il embrassa sa tempe.
- Chez toi ou chez moi ? Demanda-t-il.
- Chez toi.

Lorsqu'ils arrivèrent chez le jeune musicien, ils décidèrent sans vraiment le décider de reprendre là où ils s'étaient arrêtés dans ce couloir stressant et se dirigèrent lentement vers le lit de Linke, éparpillant vêtements et chaussures un peu partout au passage...

Poukram mais c'est pas possible !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 8 Juin - 23:01

Partie 4 --'

~~¤~~¤~~


ellipse: 4 mois plus tard

Ça y est, il l'avait fait. Il avait officiellement annoncé que lui, Christian Linke, n'était plus célibataire. Il faisait à présent la une des magasines people et autres, et tout l'Europe connaissait le visage de Lucie. Cette dernière ne le montrait pas mais le jeune homme savait qu'elle le vivait plutôt mal. Elle qui avait toujours été du genre discrète et effacée se retrouvait sous les feux des projecteurs, traquée par les journalistes et les fans, recevant lettres d'admiration comme lettres de menaces. De plus, en tant que traductrice elle devait les suivre pour chaque interview et apparition en public, se faisant ainsi mitrailler par les flash. Mais malgré tout elle gardait sa bonne humeur. Après tout, elle avait un poste fixe, un salaire honorable, un métier qu'elle appréciait énormément, et passait son temps libre comme son temps de travail avec son petit ami, que demander de plus ? Il fallait bien qu'il y ait un revers de la médaille, et elle l'acceptait sans rechigner. Elle avait également fait plus ample connaissance avec les autres membres du groupe et s'entendait particulièrement bien avec Franky, qu'elle trouvait tout simplement adorable. Timo, David et Jan la faisaient mourir de rire, ils formaient vraiment un trio de choc. Quand à Juri, elle passait des heures à discuter de voyages avec lui en rêvant à de lointains pays inconnus.

- JAN T'AS TRICHÉ !
- QUOI ?! JAMAIS D'LA VIE !
- SI ! AVOUES !
- QUE DALLE ! J'TRICHE JAMAIS MOI !
- Tu passes ton temps à tricher --'.
- Meuh qu'est-ce que tu racontes là ? ^^'
Jan et Lucie s'affrontaient lors d'une énième partie de Xbox et, comme toujours, s'hurlaient dessus en s'accusant à tort et à travers.
Le groupe étaient dans le tour bus en direction de Zurich et l'ambiance était à peu près calme, hormis Jan et Lucie qui se disputaient encore. Ils devaient arriver à l'hôtel dans la nuit et aurait un concert le lendemain.
- MAIS MERDE ! SOIS FAIR-PLAY UN PEU ! Hurla la jeune femme.
- Mais je SUIS fair-play ! T'ES NULLE, T'ES NULLE ET PUIS C'EST TOUT !
- PARDON ?! C'EST QUI QU'A PERDU LES CINQ DERNIÈRES PARTIES ??
- LUCIE ! S'emporta Linke en accourant près d'elle. Ma puce, mon amour, ma chérie, ma choupinette, mon sucre d'orge, j't'en supplie à genoux, arrête de hurler, par pitié !
La brune baissa la tête, penaude.
- Désolée, marmonna-t-elle alors que son voisin s'esclaffait.
Linke lui tendit la main et elle la prit.
- C'est ça, fuis ! Se moqua le DJ.
- J'aurais ma revanche, microbe !
- Hey !
- Lucie ! Implora le bassiste.
- Pardon.
Il l'entraina à l'arrière du bus et ils s'installèrent confortablement dans son lit pour se câliner.
- Alors, comment va ma chouchoute ? S'enquit Linke en souriant avant de lui voler un baiser.
- Mmh elle va on ne peut mieux ! Et mon chouchou ?
- Il se porte comme un charme depuis que sa chère et tendre ne le quitte plus d'une semelle.
- Ça fait quatre mois, passe à autre chose, se moqua la jeune fille.
Il grimaça et secoua la tête avec une moue enfantine avant de l'embrasser tendrement. Elle poussa un grognement de frustration en entendant la sonnerie de son portable. Elle se laissa tomber sur l'oreiller et décrocha alors que le brun continuait à embrasser son cou.
- Ouaip ?
- T'es Lucie, c'est ça ?
Elle soupira en levant les yeux au ciel. Encore une fan jalouse qui avait réussi à trouver son numéro, Dieu seul savait comment et qui s'apprêtait à lui ressortir ses quatre vérités.
- Oui, c'est moi, répondit-elle, lassée. Tu vas me dire que tu me détestes, que je suis une salope et que je sors avec lui pour son argent, c'est ça ?
Linke se redressa, sourcils froncés, et tendit la main pour avoir le téléphone. Il avait envoyé promener bon nombre de celles qui en voulaient à sa petite amie, agacé qu'elles s'en prennent à Lucie sans la connaître, mais ça ne les décourageait pas. Finalement les choses n'étaient pas si changées que ça, si ce n'était qu'elle avait encore plus d'ennemis. À chaque fois, son petit ami la défendait, alors qu'elle ne disait rien.
- Ouais, c'est à peu près ça, contente que t'en sois consciente.
- J'en suis pas consciente, j'ai juste l'habitude de l'entendre. Tu crois peut-être que t'es la première à m'appeler ? D'ailleurs comment t'as eu le numéro ?
- C'est ça d'être intelligente.
- Ou pas. Bon écoute, j'ai pas envie d'écouter tes conneries et ton baratin à 0,02€ alors je vais raccrocher et continuer à embrasser mon copain pendant que tu vas retourner me pourrir auprès de toutes tes copines et publier un blog sur Internet pour dire que t'as parlé avec la pétasse qui sort avec Linke et que effectivement, c'est une pétasse !
- Sale pute !
- Ça y est, tu l'as dit, ça fait du bien hein ? Bon, maintenant que tu m'as pourri ma journée tu pourrait peut-être me foutre la paix ? Tu sais Linke c'est un grand garçon, il est pas con, il sait ce qu'il fait et honnêtement, j'ai vraiment pas besoin de son argent, j'ai assez avec le mien et puis si je voulais vraiment me servir de lui, j'aurais pas pu m'y prendre plus mal ! T'as vu, j'ai toute l'Allemagne à dos plus le reste de l'Europe, mais putain, c'est l'bonheur ! Bon, tu m'as mise de mauvaise humeur, t'es heureuse, on va en rester là, j'crois que ça sera mieux.
- En plus t'es lâche !
- Décidément, j'ai tous les défauts !
N'y tenant plus, Linke lui arracha le téléphone des mains.
- Ça t'amuses ? Lança-t-il, acerbe.
Il y eut un silence.
- Qu'est-ce qu'il y a ? T'es timide ? Pourtant ma copine ça te poses pas de problème de l'appeler à 23h30 pour la traiter de tous les noms en pensant que je vais te féliciter parce que tu fais ça pour mon bien ! Mais merde, tu me connais même pas ! Tu m'as vu une ou deux fois en concert et tu sais que je dors à poils et que j'ai un labrador noir ! Tu crois que ça te donne le droit de juger de ce qui est bien ou pas pour moi ? Hein ? Et répond putain !
- Chris' arrête, tenta Lucie, mais il ne l'écoutait pas.
Il en avait plus qu'assez, lui, d'être harcelé, encore et encore. D'abord ses parents, maintenant sa petite amie, ça devenait vraiment épuisant.
- ... Euh... je... euh...
- Tu quoi ? Pourquoi tu dis rien, hein ? Parce que je suis Christian Linke ? C'est ça ?
- ... Oui...
- Mais arrêtez avec ça ! Tu vas pas harceler la copine de ton voisin parce que c'est TON voisin, si ? Ben moi c'est pareil, je suis pas TON Linke, et je fais c'que j'veux ! Merde !
Il raccrocha, laissa tomber le téléphone sur le matelas et s'en alla d'un pas rageur pour s'installer sur une banquette près de la fenêtre. Lucie s'empressa de le rejoindre.
- Qu'est-ce qui se passe ? S'enquit Jan alors qu'elle passait près de lui.
- Encore une groupie qui m'a appelé et il a pété un câble.
Le blond grimaça. Lucie s'assit près du bassiste et posa une main sur son épaule.
- Chris ?
Linke ne répondit pas, se contentant de fixer obstinément la fenêtre.
- Te prends pas la tête, Chouchou, insista-t-elle. On s'y attendait quand tu l'as annoncé officiellement. C'est pas la première, ça sera pas la dernière, mais au final on est quand même ensemble, alors on s'en fout, hein ?
- Non, on s'en fout pas ! La contredit-il en plongeant dans son regard noir. Moi je m'en fou pas d'entendre tous les jours que la fille que j'aime est une salope. Un mec m'aurait dit ça en face, je l'aurais éclaté, et là c'est mes fans qui, sous prétexte qu'elles aiment ma musique, se donnent le droit de te juger alors qu'elle ne te connaissent pas !
- Elles s'inquiètent pour toi, répondit Lucie sans le regarder.
Le brun eut un petit rire sarcastique.
- Drôle de façon de s'inquiéter.
- Elles sont jalouses. Tu sais si une autre fille sortait avec toi, je la haïrais plus que je haie tous ceux de mon lycée.
- C'est pas pareil. Toi tu m'aimes, pour ce que je suis, tu me connais.
- Elles t'aiment pour ce qu'elles croient que tu es, parce qu'elles croient te connaitre. C'est pareil.
- Non ! Tu me connais vraiment ! Je veux dire que tu me parles, tu es en contact avec moi, avant de sortir ensemble on était des amis, argumenta-t-il.
- C'est que qu'elles aimeraient. Faire partie de tes proches.
- Alors c'est dommage pour elles, déclara-t-il d'une voix sombre en s'enfonçant dans son fauteuil.
- Chris...
Il ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase et plongea dans ses bras, nichant sa tête dans le creux de son cou.
- D'façon j'm'en fou des autres ! Déclara-t-il grognon en fermant les yeux.
Il se tortilla de façon à être plus ou moins allongé sur elle, la tête toujours dans son cou, alors que Lucie était appuyée sur la parois qui faisait office de mur, du côté opposé à la fenêtre. Elle poussa un soupir. Finalement sa vie n'avait pas changé autant qu'elle le pensait. Elle était toujours la cible des moqueries et des méchancetés en tout genre. Mais son comportement avait évolué. Pas radicalement, certes, mais tout de même. Le fait que Linke soit aussi affecté par ce qu'elle endurait lui avait donné une raison d'affronter les choses. Maintenant elle ne se contentait plus de baisser la tête en attendant que passe la tempête puis d'aller pleurer dans son coin. Bien sûr elle n'en était pas encore au stade de ne plus baisser les yeux du tout et de faire face, mais elle s'en rapprochait chaque jour un peu plus. Pour la première fois depuis des années, elle voyait enfin de bout du tunnel. La peur de perdre celui qui lui faisait vivre les plus beaux moments de sa vie depuis un an participait également énormément à cette "guérison". Lucie savait parfaitement que les groupies se jetteraient sur Linke si elle commettait une erreur. Or elle était prête à faire beaucoup pour le garder. Elle avait confiance en lui, mais elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir peur. On ne pouvait pas le lui prendre mais elle ne pourrait l'empêcher de partir s'il le voulait.
- Lucie, je ne partirais pas, chuchota le jeune homme près de son oreille. Arrête de remuer tout ça, c'est toi que j'aime, tu entends ? Je me contrefiche de toutes ces filles, aucune d'entre elles ne t'arrive à la cheville, je ne partirais pas. Je t'aime beaucoup trop pour ça. Et si je dois te demander en mariage pour que tu me croies et qu'elles nous foutent la paix, sois-sûre que je suis prêt à le faire.
La jeune femme tourna la tête et se perdit dans le gris profond de ses yeux.
- Tu n'en sais rien. Les sentiments ça ne se contrôle pas, Chris'. Qu'est-ce que tu ferais si un jour je tombais amoureuse d'un autre que toi ?
- Je ne laisserais à aucun autre que moi l'opportunité de te séduire, tu es à moi ! Et si tu ne m'aimais plus, je ferais tout pour que ça soit à nouveau le cas.
Il sourit et Lucie laissa échapper un petit rire.
- Je sais que des tas de filles voudraient que je les aime comme je t'aime toi, mais ces filles... elles ne sont pas toi, elles ne savent pas m'apaiser comme tu sais le faire, elles ne savent pas comment me faire sourire, elles ne peuvent pas déchiffrer ce qui se passe dans ma tête, elles ne voient rien quand je leur mens et j'ai beaucoup moins de scrupules à le faire. Il termina sa phrase dans un souffle. Et je ne leur ferais jamais l'amour comme je te fais l'amour.
Lucie rougit sans pouvoir retenir un sourire et tourna la tête pour fixer la table.
- Je suis heureux avec toi Lucie, personne ne m'enlèvera ça.
Elle passa les bras autour de son cou et le serra fort contre elle, l'étouffant presque. Linke sourit et ferma les yeux en lui rendant son étreinte. Lucie était un véritable cadeau du ciel. Il n'avait jamais cru en sa chance jusqu'au jour où il l'avait rencontrée. Il avait alors béni tous les dieux, existants comme inexistants, et s'était promis de la rendre heureuse, quel qu'en soit le prix. Quand elle avait accepté de sortir avec lui, la Terre s'était arrêté de tourner puis avait reprit à un rythme effréné. Depuis, les journées où ils étaient séparés devenaient plus longues pour lui que des semaines entières alors qu'au contraire, lorsqu'ils étaient ensemble, le temps passait si vite qu'il avait l'impression de le laisser filer entre ses doigts. À cette pensée il resserra ses bras autour de la taille de la jeune fille.
- T'es d'accord quand je te dis que t'es à moi ? S'inquiéta-t-il.
Lucie rigola avant de répondre:
- Considère-moi comme ta propriété !
Il l'embrassa dans le cou.
- Alors il en est de même pour moi. Je suis à toi toute seule et telle la glue, je ne lâcherais plus ! Prophétisa-t-il d'une voix théâtrale.
Lucie passa une main dans les cheveux du jeune homme puis y plongea son nez. Lui entreprit de parsemer son cou de baisers, s'aventurant jusqu'à sa mâchoire et essayant ensuite d'atteindre son décolleté.
- Link', chéri, c'est peut-être pas le moment idéal, commenta Lucie, sachant parfaitement où ça les mènerait.
- Pourquoi ? On est seuls, personne ne nous regarde, on risque pas d'être surpris par des journalistes ou autres, j'en ai envie, je peux très bien faire en sorte que tu en aies envie aussi...

On va y arriver, on va y arriver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 8 Juin - 23:02

Partie 5...

~~¤~~¤~~


Lucie frissonna et resserra les pans de son manteau autour d'elle. Elle leva les yeux vers le ciel noir et réfréna son envie de courir. Trop c'était trop, elle devait faire face. Pour elle, et pour Linke. Elle avait reçu une énième lettre qui l'avait choqué plus que les autres. L'auteur avait été jusqu'à lui donner rendez-vous pour régler ses comptes. Dans une petite rue sombre, mal éclairée, la nuit, en hivers. Et Lucie était venue. Elle n'avait prévenu personne. Tous la croyaient dans sa chambre d'hôtel. Elle avait prétexté être fatiguée et était partie, laissant juste une petite lettre sur son lit, au cas où. Elle soupira et un nuage blanc s'échappa de ses lèvres. Il faisait vraiment froid. Elle regarda autour d'elle puis s'arrêta et parcouru une dernière fois la lettre du regard. C'était bien ici. Elle s'appuya contre un mur et attendit. Elle aurait sans doute des problèmes, mais trop, c'était trop. Elle n'était pas une pute, ni une salope, ni une chienne, ni quoi que ce soit d'autre. Juste une jeune femme qui avait eut la chance de trouver un homme prêt à l'aimer pour ce qu'elle était. Elle regarda sa montre. Il était déjà tard. Minuit. Quel cliché !
- J'étais sûre que tu ne viendrais pas.
Lucie se redressa pour faire face à une jeune fille sans doute un peu plus jeune qu'elle, brune aux yeux noirs, comme elle, qui lui ressemblait énormément.
- Pourquoi ? Demanda simplement Lucie.
- Parce que tu n'as pas le droit.
- Et qui me l'interdit ?
- Nous, les fans. On sait que tu ne l'aimes pas, que tu profites de lui.
- Je ne profite pas de lui. Tu n'imagines pas combien j'aimerais qu'il ne soit pas la star qu'il est aujourd'hui mais juste le Linke que j'ai connu.
- N'essaye pas de m'apitoyer, ça ne prendra pas.
- Je n'ai pas besoin de ta pitié, j'ai son amour, ça me suffit amplement.
La jeune fan plissa les yeux.
- Je pensais que tu pleurerais, ou que tu tenterais de me frapper, que tu m'insulterais.
- Je sais. Vous le pensez toutes. Vous êtes toutes persuadées que je n'en veux qu'à son statut de célébrité allemande, pour son argent. J'ai bien assez d'argent, je n'ai pas besoin du sien. Quand à son statut, on ne peut pas sortir seuls sans se faire harceler par la presse, je reçois sans cesse des lettres d'insultes et de menaces comme celle que tu m'as envoyé. Si je reste avec lui, c'est parce que je l'aime vraiment, sans quoi ça ne vaudrait pas le coup.
- Ta vie n'est pas aussi dure que tu le prétends.
- Si. Il est ce qui me permet de tenir. Je me fais insulter quoi que je fasse mais j'en ai assez. Je l'aime, et je ne le lâcherais pas pour vous.
- Tu te sers de lui.
Lucie secoua la tête.
- Je n'ai jamais rien fais de tel. Linke m'a toujours soutenue quoi que je fasse, jamais je ne pourrais me servir de lui, j'en suis incapable, je l'aime trop pour ça.
La fan hocha la tête puis extirpa un paquet de cigarettes de sa poche pour en porter une à sa bouche. Elle en tendit une autre à Lucie qui secoua la tête. Elle eut alors un petit sourire moqueur.
- Trop sage ?
Lucie lui rendit un sourire indulgent.
- Depuis que je l'ai rencontré je ne touche plus à rien.
Elle fronça les sourcils et extirpa son portable de sa poche en le sentant vibrer. Elle ne répondit pas.
- C'est lui ? S'enquit la plus jeune.
Elle hocha la tête.
- Tu ne l'as pas prévenu ?
- Non. C'est à moi que tu as donné rendez-vous, pas à lui.
- Et si tu ne revenais pas ?
- Tant qu'il y sera, je reviendrais.
- C'est mièvre.
- T'as jamais été amoureuse ? C'est quoi ton prénom ?
- Lucile. Si, ça m'est arrivé, sourit-elle.
- Lucile, répéta Lucie à voix basse.
Lucile s'assit contre le mur et recracha une bouffée de fumée.
- C'est bizarre hein, on a presque le même prénom, on se ressemble beaucoup... mais notre vie est différente.
- Pas tant que ça, la contredit Lucie en s'asseyant près d'elle.
- Tu es riche, tu as le petit ami qu'on veut toutes, tu voyages tout le temps, tu as les Panik pour amis...
- Tu sais avant c'était pas comme ça. J'étais la petite pestiféré du Lycée, tout le monde se moquait de moi parce que je n'osait pas réagir. J'ai changé plusieurs fois d'école mais le résultat était toujours le même, les gens s'en prenaient toujours à moi.
- Je connais cette situation, acquiesça Lucile.
- C'est là que j'ai commencé à toucher à tout, les drogues en tout genre, tu sais. J'avais un complexe d'infériorité qui me poussait à jouer les caïds en dehors des cours et à faire le plus de conneries possibles. C'est Linke qui m'a sortie de là. J'étais très timide et ça l'a intrigué. Plus on passait de temps ensemble, plus j'étais à l'aise avec lui. J'avais honte de moi, et j'ai arrêté la drogue, les conneries et tout ce qui allait avec. Mais l'école restait un cauchemar continu.
Lucie s'arrêta et fixa le ciel. Remuer tous ces souvenirs était assez douloureux. Elle avait beaucoup souffert pour arriver là où elle était.
- Et après ? La relança doucement Lucile.
- J'ai décidé de partir et Christian s'y est fermement opposé.
- Pourquoi ?
- Il disait que tant qu'il savait que je l'aimais, il ne me permettrait pas de le quitter.
- Et qu'est-ce qu'il a fait ?
- Il m'a trouvé un poste comme interprète, pour que je puisse le suivre sur la tournée. Je continue mes études par correspondance, je vais passer mon Abitur (équivalent du bac en Allemagne) en fin d'année. Mais la situation n'a pas énormément changé, je me fais toujours insulter, je reçois toujours des cadeaux écœurants, sauf que maintenant, ils viennent de l'Allemagne entière.
Les deux jeunes filles restèrent longtemps ainsi, se racontant leurs déboires, se découvrant, libérant les colères qui les animaient, se déversant de ce qu'elles ressentaient, s'écoutant, se comprenant et parfois se conseillant. Mais le temps passait, et leurs proches s'inquiétaient.
- Pourquoi es-tu venue ? Demanda Lucile au bout d'un moment.
- J'en sais rien. Ta lettre n'étais pas agressive mais tu étais tellement sûre de ce que tu pensais de moi que j'ai tenu à te montrer que c'était faux.
- Et je reconnais mon erreur.
Lucie tourna la tête vers la jeune fille. Celle-ci fixait aussi le ciel.
- Finalement tu es comme moi.
Elle hocha la tête. Son portable vibra encore.
- Tu devrais décrocher, il doit être mort d'inquiétude.
- Ouais...
Elle obéit.
- Allô ?... oui... ne t'inquiètes pas, je vais bien... oui... je vais pas tarder à rentrer... pas loin... ne t'inquiètes pas... ça va, oui... quelque chose... non, je ne te le dirais pas... calme-toi, ça va, je te dis... oui !... non, je vais bientôt rentrer... oui... moi aussi, je t'aime...
Lucie raccrocha, un sourire au lèvres.
- Tu l'aimes vraiment, hein ?
- Je crois que s'il me le demandais, je pourrais faire n'importe quoi.
Lucile hocha la tête.
- Tu devrais rentrer, lui conseilla-t-elle.
L'aînée acquiesça à son tour.
- Merci d'être venue.
- Merci de m'avoir cru. Tu sais il ne faut pas se laisser faire quand on te cherche, j'en ai fait l'expérience. Ne te laisse pas faire, et si on te frappe, ne tend pas l'autre joue, comme je l'ai fait.
Elles se séparèrent dans un sourire, Lucile rentra chez elle et médita sur ce que cette femme venait de lui dire, se promettant de ne jamais souffrir autant qu'elle. Lucie quant à elle, fila à l'hôtel où son petit ami l'attendait, mort d'inquiétude, et lui sauta dessus pour la disputer. Elle fut obligée de tout lui raconter en détail puis lui montra la lettre.
- T'es complètement inconsciente ! S'écria-t-il. Il aurait pu t'arriver n'importe quoi !
- Mais il ne m'est rien arrivé.
- Tu aurais pu te faire agresser, violer...
- Calme-toi, lui dit-elle en se serrant contre lui. Je vais bien, je ne le referais plus, je te le promet.
Le jeune homme soupira en refermant les bras autour de sa taille.
- T'imagines pas la peur que tu m'as fichu ! Qu'est-ce qui t'as pris d'aller là-bas ? Sans me prévenir en plus !
- J'en ai assez de subir les insultes de tes fans, tu avais raison, il faut que je réponde. Je ne dois pas me laisser faire. Je refuse de te perdre pour ce genre de chose.
- Me perdre ? S'étonna Linke. Pourquoi tu me perdrais ?
- Pour les fuir, elles, leurs insultes et leurs menaces.
- Je ne te laisserais pas fuir, chuchota-t-il en la serrant plus fort. Tant que tu m'aimeras, tu resteras avec moi.
Lucie sourit et lui rendit son étreinte.
- Alors on ne se quittera pas avant un moment...

♪°♥°♦°♣°♠°♫

Voilà, c'est fini.
Verdicte ? (C'est là que tu dois intervenir Nanou, j'ai besoin de toi !!!) Bon, je sais que mes OS ont tendance à être particulièrement longs (la preuve, 5 parties pour UN OS xD) ^^' Arrow mais bon... voilà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
Nanou086
Revolution ARGENT
avatar

Féminin Messages : 565
Age : 31
Localisation : Aujourd'hui je suis ici
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 9 Juin - 13:14

Oui, en effet je l'avais déjà lu en exclu ( V.I.P. Whoop Whoop ) et tu sais que j'adore tes fics et je ne trouve jamais un champ lexical assez élaboré pour decrire mon point de vue - d'où mon manque de comm. sur tes sky de fics - enfin braif, j'aime ta façon d'écrire et de décrire des émotions Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 9 Juin - 13:17

marci Nanouchoute *-* Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
xSunxShadow
Nouveau
avatar

Féminin Messages : 2
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 14 Juil - 20:46

Wouaaaaaaa.. Shocked
Je n'ai que sa a dire. Vraiment magnifique et géniale ta fic. J'en reviens pas.. Woua y a vraiment que sa a dire. Je suis sur le cul ouai ces le mots sur le cul.
J'adore ta façon d'écrire et le caractère de Lucie. Je suis fan..pom pom

Bravo..
Dis moi tu compte les publier quand tes fictions parce que je veux toutes les lires..^_^ Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 14 Juil - 21:53

O_O'
Purée !
Une réponse ! Enfin *-*
T'imagines pas la joie ! Première réaction "OO' Oh..."
Merci, ça me fait vraiment super plaisir !
Devant la foule de réponses que j'ai reçu sur le fo' et le succès que ma fic semble remporter xD je ne compte pas en publier d'autres ici. Par contre, si ça t'intéresses, j'ai pas mal de blogs :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
xSunxShadow
Nouveau
avatar

Féminin Messages : 2
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Jeu 16 Juil - 0:24

^_^ Oh! Que oui sa m'intéresse.What a Face

D'ailleurs c'est dommage qu'il y ai pas plus de réaction.
Moi je la trouve magnifique Ton OS...
Elle mériterai qu'on laisse au moins un avis. Positif ou l'inverse mais sa fais toujours plaisir... (Je parle en connaissance de cause moi aussi j'ai une fic c'est pas le top)
Enfin c'est ce que je pense..^^

Bref vraiment géniale.. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Jeu 16 Juil - 17:50

merci *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
CaroOow
Revolution
avatar

Féminin Messages : 49
Age : 25
Localisation : Trop loin d'ma femme <3 ...
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 20:26

ESIOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL x3 !

( zyva c'te privilège que j'te fais d'poster mon premier com sur ton OS *ClapClapClap* ! )

J'trouve ça vraiment dommage que tu n'aies pas plus de réponses ... Tes OS sont vraiment bons, t'as une plume extra, moi j'dis : REVOLUTIOOOOON !

Mais tu t'en fous, du moins que moi j'aime ( nan mais j'te jure, mes ch'villes ont pas enflées du tout ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.PaniksWegweiser.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 21:01

C'est quoi c'te tic de la REVOLUTIOOOOOOOOOOOOOOON ?! xD

Vas-y comment j'me sens trop privilégiée *-*
(déroule le tapis rouge Carow', esiol arrive ! ) Cool

Booooooooon alors comme j'suis esiol et que j'suis une warrior sadomazo (mouahaha xD) j'poste un nouvel OS (non, je ne vous épargne pas mouahaha) vu qu'j'écris des pavés, j'le posterais pas en entier (vous aurez au moins gagné ça ! xD) et j'vais vous sortir mon sadisme à deux balles en vous laissant en plan ! (esiol tu crains ! - oui je sais u.u)


~~¤~~¤~~


So are you friend or foe ?

Elle mâchouillait sa lèvre inférieure, concentrée. Elle releva doucement la main pour replacer une mèche de ses cheveux châtain clair derrière son oreille et soupira. Elle tapota sur la table avec le bout de son crayon et regarda le plafond, sans doute pour voir si les solutions de leurs devoir de maths n'étaient pas inscrites entre les plaques blanches de l'affreuse tapisserie qui "décorait" la salle de classe. Mais non, elle connaissait les réponses. Alors elle se pencha sur sa copie et commença à écrire.
- Mr Schewe, je pense que vous avez autres chose à faire que dévisager vos camarades pendant un devoir de mathématiques.
Le jeune homme leva les yeux vers sa prof, qui le fusillait du regard depuis son bureau.
"peau de vache !" Pensa-t-il en piquant du nez sur sa foutue copie. Lui, comme d'habitude, n'avait rien appris, aussi, il ne savait absolument pas quoi mettre. Et de toute façon il n'aimait pas les maths. Additions, soustractions, multiplications et divisions, dans la vie, il n'avait pas besoin du reste. Il reporta alors discrètement son regard sur la jeune fille devant, à gauche. Il croisa ses yeux noisette et elle lui rendit un regard méprisant.
Oui, entre Juri Schewe, la superstar en devenir, et Célia Le Roux, la petite française, il en avait toujours été ainsi, ils se détestaient depuis le jour de leur rencontre, soit six ans plus tôt, lors de l'entrée de la jeune française au collège de Hambourg. Pourquoi ? Parce que Célia n'était qu'une fille niaise et imbécile de onze ans qui ne savait pas rigoler et qui était complètement coincée, et que lui n'était qu'un crétin de douze ans qui vivait pour le foot et la playstation. Il l'avait poussée, lui avait fait mal, et l'avait insultée en guise d'excuse. Ça lui avait été fatal. Depuis, une guérilla continuelle s'opérait entre les deux jeunes gens. Un raclement de gorge de la part de cette chère Madame Keller ramena le musicien sur Terre et il se pencha à nouveau sur son devoir. Devant lui, Christian Linke décala légèrement son brouillon pour qu'il puisse l'apercevoir. Mais que ferait-il sans Linke ? Il redoublerait pour la deuxième fois consécutive sa dernière année de lycée, à n'en pas douter. En dessous des réponses était inscrite une petite note à son attention:
"Honnêtement Ju' tu devrais bosser plus, et c'est pas en regardant Zélie que tu pourras te concentrer !"
Zélie. C'était d'un ridicule comme surnom ! Il n'arrivait pas à comprendre que l'un de ses meilleur ami soit ami avec cette cruche de Le Roux. Et puis Le Roux, honnêtement, c'était vraiment moche comme nom ! [j'ai rien contre les Le Roux !! xD] Il copia rapidement les réponses puis se tourna à nouveau vers Célia. Elle aussi avait décalé son brouillon.
"Arrête de me mater, tu veux ? T'en gonflant, Schewe !" Put-il lire depuis sa place.
Il retint un petit rire alors qu'elle le fusillait du regard. Linke se racla la gorge et il se reprit, continuant laborieusement à écrire des réponses qui seraient sans doutes fausses et lui rapporteraient une note équivalant sans doute à un 5, voir un 6, ou un 4 dans le meilleur des cas, mais certainement pas plus ! [système allemand: meilleur note 0, pire note 6]
Quand enfin retentit la sonnerie de la délivrance, il tassa ses affaires dans son sac et fila rendre sa copie pour sortir respirer l'air pur de la ville.
- Bah alors Juri, c'était si terrible que ça ?
Le grand blond releva la tête vers celui qui l'avait interpellé, un brun aux yeux bleus, arborant fièrement son sourire de beau gosse, qui l'attendait, appuyé nonchalamment contre un mur. Juri se précipita sur lui et fit mine de pleurer sur son épaule.
- Oh mon Dieu Franky, c'était atrooooooce ! Gémit-il. J'ai cru que ma copie s'agrandissait au fur et à mesure que j'écrivais.
- Moi j'avais plus l'impression que la prof s'énervait au fur et à mesure que t'écrivais pas ! Lança Linke en sortant à son tour de la salle.
- De toute façon pour ce qu'il avait à mettre, marmonna une voix à côté de son ami bassiste.
- OoOoh ma douce et tendre Zélie, c'est toujours un plaisir que d'entendre ta voix mélodieuse, la nargua Juri avec un sourire narquois.
- Bah prends-en de la graine, parce qu'avec celle que tu te tapes, t'as encore de la marge avant d'arriver à sortir un truc potable ! Le rembarra-t-elle en passant devant lui.
- Mais Zélie, pourquoi tant de haine ?
Elle se retourna pour lui lancer un regard glacial.
- Ta gueule. Et m'appelle pas Zélie.
- Ouuuuuh !
Elle tourna les talons alors qu'il souriait, fier de l'avoir mise de mauvaise humeur dès la première heure de la journée. Il savait que parler avec lui massacrait toujours l'humeur de la petite française, aussi il ne s'en privait pas, essayant dans la mesure du possible, de l'humilier, de la critiquer, et de la faire passer pour une crétine. Cela dit, Célia n'était pas en reste, puisque de son côté, elle ne restait pas inactive. Il lui devait un bon paquet d'heures de colle qu'il n'avait jamais réussi à lui rendre.
- Mais pourquoi est-ce que tu la tortures toujours comme ça ? Demanda Linke, lassé.
Juri arqua un sourcil.
- Bah... parce qu'elle est conne ! Répondit-il comme si c'était tout naturel. D'ailleurs je comprend vraiment pas ce que tu lui trouves, elle est moche...
- Tu rigoles ! S'exclama Franky, outré. Elle est vachement bien foutue !
- Arrête, elle est toute plate !
Linke s'approcha du batteur et posa un bras autour de ses épaules.
- Juri, mon grand, je sais que c'est difficile à admettre mais... tu sais Zélie n'a plus onze ans, elle en a dix-sept, comme Franky et moi. Elle a grandit, sur le plan mental comme sur le plan physique. Maintenant elle a des formes, de la poitrine, de jolies jambes...
- Mais même ! C'est Le Roux quoi !
- Écrase, capitula Frank. Au moins on aura pas de compétition de ce côté là.
Linke leva les yeux au ciel.
- Je maintiens quand même que c'est toi le plus con des deux Ju' !
- Hey !

~~¤~~¤~~


Voilà, c'était la première partie ^^[center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
CaroOow
Revolution
avatar

Féminin Messages : 49
Age : 25
Localisation : Trop loin d'ma femme <3 ...
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 21:09

MOUUUUUUUUUUUUHAHAHAH !
Mais Revolution c'un tic INTERNATIONAL *___* !

Vas-y, attends, j'ai oublié l'tapis rouge, SCHEIßE !

T'as raison, Esiol ! Sois sadique ! ( t'façon j'm'en branle, j'l'ai déjà lu mouuuhahah =D )

Mais sa mèèèèère ! J'aime toujours autant ! Pis il est franch'ment pas mal c'lui-là ! ( mieux que ce qui t'a donné l'idée de l'écrire, tmtc uu' )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.PaniksWegweiser.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 21:13

En même temps... xD c'était grave naze !
Arg p'tain Carow' tu déteins sur moi là, c'pas bon ça, j'parle comme toi ! T_T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
CaroOow
Revolution
avatar

Féminin Messages : 49
Age : 25
Localisation : Trop loin d'ma femme <3 ...
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 21:16

PTDR Mais siiiii ! C'est super gut, au contraire ! Parle donc le Carolien x)
( 'tain j'arrive même à dire d'la merde sur le fo', ch'uis putain d'trop forte OO' ... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.PaniksWegweiser.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 23:43

C'est la Carow' attitude ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
CaroOow
Revolution
avatar

Féminin Messages : 49
Age : 25
Localisation : Trop loin d'ma femme <3 ...
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Lun 7 Sep - 23:45

JA GENAAAAAAU =DDD !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.PaniksWegweiser.skyblog.com
Nanou086
Revolution ARGENT
avatar

Féminin Messages : 565
Age : 31
Localisation : Aujourd'hui je suis ici
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 8 Sep - 15:16

Suiiiiiiiiiiiiiiiiiite ! XD

Une fic avec Juri en personnage principal, perso, je n'en avais encore jamais lu donc pour moi c'est un changement et le "Bah... parce qu'elle est conne ! " m'a tordu de rire, je l'imagine tellement pas dire un truc pareil lol

Enfin braif, tu sais ce qu'il te reste à faire ha ha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alice596
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 378
Age : 30
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 8 Sep - 18:30

Je suis à moitié pliée de rire au boulot,
les répliques qui tuent,
c'est clair Juri en perso principal c'est pas courant, j'aime beaucoup,
Suitttteeee Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 8 Sep - 18:32

Woah une nouvelle lectrice *-*
J'ai pas regardé combien de personnes sont venues lire cet OS mais ça fait plaisir :p
Contente que ça te fasse rire, c'est l'but ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
alice596
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 378
Age : 30
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mar 8 Sep - 18:38

J'avais pas préciser que j'ai lu ton OS précédente, Very Happy
mais j'avais pas pris le temps de poster un commentaire,
j'avais eu beaucoup de plaisir à la lire aussi, surtout que je n'en ai pas lu depuis un bout de temps,
donc je viens de me faire une relecture exprès,
continue à nous faire rire en tout cas expldr , moi quand je te lis, ma spécialité c'est les sourires en coin surtout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Mer 9 Sep - 12:12

xD claaaaaasse ! J'suis contente tiens, j'vais mettre la suite ! :p

~~¤~~¤~~
So are you friend or foe - Partie 2


Il s'avança dans la cafétéria, son plateau à la main, passant sa langue sur ses lèvres et regardant autour de lui pour dégoter une table libre. Il secoua la tête pour dégager son visage et écarter ses cheveux, qu'il avait laissé pousser. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire quand il posa le regard sur David Bonk, et il éclata d'un rire grave. Sans doute le guitariste lui avait-il lancé une plaisanterie. Par chances, toutes les tables qui étaient près de celle de Célia Le Roux étaient prises. Elle poussa un soupir de soulagement mais ne le lâcha pas des yeux. Elle ne put s'empêcher de remarquer qu'il ne ressemblait plus du tout au gamin qui l'avait renversé en vélo des années pour tôt. Physiquement, s'entendait, parce que mentalement il n'avait pas vraiment changé. Voir pas du tout.
- Zélie, tu veux pas d'tes pattes ?
La jeune française cligna des yeux.
- Hein ? Ah si, si !
Elle sourit à son amie et continua à manger, gardant tout de même un œil discret sur le beau blond qui venait de s'installer. Beau blond ?! Atrocité de la nature, oui ! Elle secoua la tête.
- Zélie, t'aurais pas un peu l'béguin pour Juri Schewe ?
Elle écarquilla les yeux et regarda son amie Tia, qui lui souriait étrangement.
- Pardon ?!
- Ça fait dix minutes que tu ne le lâche pas du regard.
- Nan, t'es folle ! Y a quand même mieux à regarder !
- Genre ?
- Genre... Bonk ! Il est très sexy, tu trouves pas ?
- David Bonk ? Mouais...
- C'est vrai que toi, tant qu'il s'agit pas de Franky chéri...
Les yeux de Tia s'illuminèrent. Et ça y est, c'était partit pour un descriptif du beau chanteur qui évitait à Zélie une conversation des plus embarrassantes. Depuis que Frank Ziegler était arrivé à Hambourg, Tia, comme beaucoup d'autres filles, avait succombé à son charme et ne jurait plus que par lui. Alors que l'allemande papillonnait des yeux vers le beau brun, la brune en profita pour reprendre son observation. Oui, physiquement, il avait changé, elle ne pouvait pas le nier, même si ça lui déplaisait souverainement de l'avouer. Elle piqua du nez dans son assiette lorsqu'il tourna la tête vers elle.
- Bon, on y va ? Proposa-t-elle quand Tia eut fini.
Celle-ci acquiesça et se leva après un dernier regard pour Frank. Lorsqu'ils passèrent près de leur table, la voix de Juri s'éleva désagréablement pour couvrir le bourdonnement des conversations, qui ne s'arrêtèrent pas pour autant, les élèves étant pour la plupart habitués à leurs joutes hebdomadaires.
- Hé Zélie, t'as une tâche sur le menton ! Ah nan merde, excuse-moi, c'est un bouton !
La jeune fille sentit le rouge lui monter aux joues. Enfoiré ! Elle posa son plateau sur une table au hasard, remplit son verre ainsi que celui de Tia, et vida les deux sur le musicien qui s'écarta brusquement en poussant un cri.
- Putain mais t'es vraiment conne toi !
- T'es pas content ? T'en veux encore ?
Elle attrapa le pichet et le lui vida sur le torse. Elle s'empara ensuite de son plateau, le déposa à l'endroit prévu pour et se dépêcha de sortir sous les rires des autres élèves et les marmonnements, insultes et autres d'un Juri furieux.
- J'vais la tuer, cette fois c'est clair ! Vociféra-t-il en sortant à son tour.
Il s'engouffra dans le hall tellement rapidement qu'il percuta une élève de plain fouet, étalant la moitié de ses affaires au sol. Il s'excusa et se pencha pour l'aider à ramasser mais le "merci" de la jeune fille resta en suspend quand il se redressa pour lui tendre ses livres.
- Oh, c'est toi ! S'exclama le batteur en lui faisant un immense sourire avant de laisser tout ce qu'il avait dans la main s'écraser à nouveau par-terre.
- Crétin ! Marmonna Zélie en se rabaissant pour les reprendre.
Juri sourit de plus belle et posa son pied dessus. Elle soupira.
- Schewe, dégage, lui ordonna-t-il d'une voix lasse.
- Tu sais j'ai très froid maintenant, ça serait vraiment dommage que je tombe malade !
- Une aubaine pour le reste de l'humanité, tu veux dire ! Rétorqua-t-elle en tentant vainement de dégager sa chaussure. Allez bouge, tu salis mes livres.
- Oh, pauvre petit rat de bibliothèque est perdue sans ses précieux grimoires.
Zélie se leva et le fusilla du regard.
- Écoute Schewe, j'te propose un marché:...
- Non.
- J'ai dis "écoute" alors tu la fermes, donc: tu arrêtes de me pourrir la vie, et j'arrête de te faire des coups en douce, ça te vas ?
Il plissa les yeux.
- J'te connais, tu m'laisseras pas m'en tirer comme ça, tu vas m'en faire baver !
- J'te promet que non ! Jura-t-elle en posant une main sur son cœur et en levant l'autre.
- Jvais réfléchir.

~~¤~~¤~~



Foala ^^ vous en pensez quoi ? :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
CaroOow
Revolution
avatar

Féminin Messages : 49
Age : 25
Localisation : Trop loin d'ma femme <3 ...
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Ven 11 Sep - 22:08

Bah tu vois qu't'as des lectrices quand même !
Pis attend, ils sont trop bons tes OS ! Pis t'as bien fait d'prendre celui sur Juri, le début est franch'ment tordant =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.PaniksWegweiser.skyblog.com
esiol
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 213
Age : 27
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   Sam 12 Sep - 0:09

J'avoue xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maielle-et-les-pommes.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction] La vie est plus belle quand on est ensemble...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le BT n°123 : Machiavélique et gargantuesque !
» Top 2 - Une belle paire de Robert!
» La belle époque en Champagne au temps du phylloxéra.
» [fanfiction] L'amour sur msn
» La plus belle fille du monde ( pour moi...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.Panik-Music.fr :: Divers :: Fan Fictions-
Sauter vers: