Forum francophone sur le groupe allemand de néo-métal/Rock
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FanFiction] La Valse Vie de Vienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Titane
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Messages : 1671
Age : 26
Localisation : München City
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 7 Déc - 22:32

Ly' !!! drunken drunken drunken drunken drunken
J'adore, j'avais oublié à quel point tu écrivais si bien, j'aime, encore et toujours I love you
Et ce Juri que tu nous dépeins... Gott, je le veux What a Face

I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylean
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 401
Age : 28
Localisation : quelque part où il fait beau...
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 21 Déc - 14:07

Coucou !!! Very Happy
comment vont mes lectrices adorées ?

*Ti' --> j'étais sûre qu'il te plairait Juri^^ * Wink

C'est les vacances, alors je vous offre la fin du chap.2 ( partie 4, la fin ) Par contre, c long alors je fais double post, désolée...
*ça c juste pour les modods, en fait^^ *

J'ai fini le chapitre 3, il est en relecture... et comme j'ai des idées, vous allez surement avoir un chapitre 4,5,6... Wink
et puis quand j'aurais tout écrit ; ma superbe ellipse temporelle^^ donc... je dirais 10 chapitre pour la totalité de cette fiction, c pas beau ça ?


J'espère que vous êtes bien accrochées... mon héroine est très... particulière dans cette fin de chapitre^^



________________________________________________

( Sang Sommeil )



Une ombre noire glisse dans les rues de Vienne, éclairée tant à autre par un rai de lune scintillant. S’approche d’un mur en pierre XIXè, l’effleure de la main.
Puis d’un seul coup, crochète une prise invisible, l’escalade en trois mouvements et saute lestement sur la branche qui s’étend dans le jardin au-delà.

Accroupie sur la branche, Elle regarde autour d’elle.
Puis dégringole pour attraper la branche d’un cerisier où elle se hisse de nouveau.
Un éclat métallique et un chuintement feutré. Puis elle rengaine le poignard dans son fourreau et sourit à la vue du rameau fleuri qu’elle vient de couper. Il rejoint les Aerangis dans sa veste et elle se laisse tomber au sol.

Elle traverse rapidement le jardin, escalade le mur suivant et se met à marcher sur son faîte, ses cheveux bouclés flottants au vent, encadrant son visage et ses épaules ; en suivant l’itinéraire de la carte au hasard de ses flâneries nocturnes.


Elle arrive enfin en vue du conservatoire.
S’arrête, camoufle les fleurs et retourne sa veste côté « manteau » avant de la poser plus loin sur le sol. Retire sa large ceinture de tissu noir, enlève le bas de son pantalon de ses chaussette montantes et sort son aiguchi.
Puis se met à taillader méthodiquement son pantalon, sa veste et entreprend de s’entailler mains, poignets, bras et jambes, faisant gicler les gouttes de sang sur elle.
Elle essuie ensuite précautionneusement son couteau sur sa ceinture, la tachant allègrement, puis le dissimule dans sa manche, avant de remettre sa veste et de se mettre à courir en hurlant vers le conservatoire.

Le service de sécurité a tôt fait d’arriver, et les deux hommes frémissent en reconnaissant la gagnante de l’après midi…

« Mademoiselle, que vous est-il arrivé ?!!
_ Je… Téléphone… ça n’arrêtait pas…
_ Calmez-vous, venez à l’intérieur, on va vous soigner.
_Vous voulez qu’on appelle la police ?!
_ … Ils… Non…
… Je ne voulais pas… J’étais sortie, ça n’arrêtait pas de sonner vous comprenez ?
Je ne… Même à 11 heures du soir…
_ Saloperie de journalistes !! Encore un idiot trop fouineur !
_ On devrait les réduire en bouillie. Même pas encore célèbre et déjà les paparazzi sur le dos !!!
_ … Je voulais juste prendre l’air… Et puis ces garçons ont voulu me…
_ Vos pauvres mains… Mais ils vous ont attaqué au couteau ma parole !!
_ Je, oui… ! Quand ils ont compris que je ne voudrais pas les suivre ni les laisser m’accompagner… Ils sont devenus comme fous…


Ils l’avaient ramenée à l’intérieur, assise dans un coin et s’affairaient, l’un montant la garde et l’autre la soignant comme il pouvait.


_ Regardez-moi ça… les bras, les jambes…
_ Ces p’tits cons qui se baladent avec des couteaux, ça commence à bien faire !! J’te les mettrai tous en taule, moi !!
_ Attention, ça pique… C’est de l’alcool…
_ Shhh… !!!
_ Pardon Mademoiselle, ça sera vite fini…
_ Tenez, prenez mon mouchoir et essuyez-moi ces grosses larmes…
Comme vous avez dû avoir peur…
_ Non… Je, ça va … Ouille !
… Mieux maintenant… Merci...
_ Tu devrais retourner surveiller… des fois qu’ils l’aient suivie jusqu’ici…
_ Compte sur moi pour leur flanquer une raclée, oui !! Ils vont m’entendre !!
_ Bougez pas Mademoiselle, je vais chercher de quoi vous bander tout ça…
_ Je vous suis ! Ca sera plus pratique comme ça, vous ne ferez pas trente-six aller-retour… »


Elle le suit dans un dédale de couloirs jusqu’à l’infirmerie, où il entreprend de bander ses bras, ses jambes et ses mains… Il parle toujours, comme pour la rassurer.
Elle regarde la pièce… et trouve bientôt ce qu’elle cherche. Retenant sa respiration, elle fait semblant de défaillir, et bouscule dans sa chute la bouteille de chloroforme qui va se briser sur l’épaule du gardien. Il ronfle avant de toucher le sol.

Elle se jette sur la fenêtre, l’ouvre, inspire un grand coup, puis sort en courant de la pièce en refermant la porte. Elle s’éloigne quelque peu, avant de s’assoupir.
Elle se réveille comateuse dix minutes plus tard.


Vérifiant que la porte est bien fermée et que l’homme dort toujours ( elle avait aussi ouvert la fenêtre pour aérer, pas question de provoquer la mort par asphyxie ), elle se hâte en direction des coulisses et de là, rejoint les bureaux.
Elle ouvre la première porte de son poignard, et commence à farfouiller dans les papiers.

Il avait beau faire le mystérieux, la pièce minable qu’elle avait vue dans la dernière scène de la vidéo, c’était une chambre d’hôtel.
Au début, la lettre plus la journée passée, l’avaient laissée en larmes sur le canapé.
Et puis elle avait regardé une nouvelle fois la vidéo, relu des dizaines de fois cette lettre.
Il y avait quelque chose de pas normal dans tout ça. Et elle allait le trouver.

Le jury avait dit « Bonk »… « David Bonk »…


Elle venait de forcer son troisième bureau.
Enfin ! La liste des participants avec leurs coordonnées et les hôtels où ils étaient descendus.
625 Musiciens, 214 Pianistes et une vingtaine de plus de 18 ans. Un seul « David Bonk. »
« Hôtel du Bourg… 46, Fischhändlerstrasse, Wien. »

Le « Bourg »… Ca devait faire référence à l’ancienne ville médiévale…
Et
« Fischhändlerstrasse », pas besoin de versifier comme Goethe pour deviner que ça avait un rapport avec le poisson.
Donc, il fallait chercher du côté du Danube…

Elle range comme précédemment les papiers à leur place et sort en réarmant la goupille de sécurité de la porte avec son tantô.
Personne ne saura qu’elle est venue ici.

Elle rejoint l’infirmerie et hurle « Hilfe ! » tout en ouvrant la porte.
Les vapeurs de chloroforme l’assaillent, malgré qu’elle se soit bouché le nez.
Elle s’assure que le garde dort toujours, puis se traîne le plus loin possible, toujours criant, jusqu’à ce que le deuxième gardien arrive.

« Attention ! Chloroforme…
_ Que… ! »

Ils s’endorment.
Lorsqu’elle se réveille une bonne demi-heure après, c’est pour constater qu’elle a le nez sur sa manche. Elle s’empresse de l’y laisser et se dirige vers les toilettes.
Après s’être copieusement arrosée et protégée la bouchoir d’un tissu mouillé, elle retourne auprès des gardes, en évitant de respirer, et secoue celui qui était dans le couloir.
La fenêtre ouverte et l’espace libéré ont dilué le chloroforme, et il se réveille shooté mais sans plus. Elle l’attire à l’écart en lui exposant les faits : en le soignant, son collègue a renversé le flacon, qui s’est brisé. Elle a réussi à ouvrir la fenêtre et à sortir, puis s’est endormie alors qu’il arrivait.

Il grogne pour acquiescer et va s’ébrouer comme un vieux chien sous l’eau du robinet.
Après quoi, ils sortent le garde toujours inconscient du local et referment la porte.

« Bon, ça ira pour ce soir.
_ Et le… Oaaah… chloroforme ?
*baille *
_ Ca partira tout seul, par la fenêtre. Je vais surveiller mon collègue, mais normalement, il ne devrait pas y avoir de problème.
*baille *
_ Vous n’aurez pas d’ennui au moins ?
*baille *
_ Bah, ne vous inquiétez pas pour ça. Par contre, je crains de ne pas pouvoir vous raccompagner… Je ne peux pas laisser le bâtiment sans surveillance…
*baille *
_ Bien… Oaaah… C’est gentil à vous d’y avoir pensé…
_ De toute façon, je n’ai vu personne, même en ayant fait une ronde aux alentours.
Je ne pense pas que vous les rencontriez de nouveau.
_ … Merci… Pour tout ce que vous avez fait tous les deux. Vous lui direz ?
Je ne préfère pas m’attarder. On ne sait jamais…
_ Ne vous tracassez pas, je lui dirais. Téléphonez quand vous serez rentrée.
_ Bien sûr.
_ Allez, au revoir, Mademoiselle !
_ Merci. Bonne soirée. »


Et maintenant… Direction, le Danube…




_______________________

Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titane
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Messages : 1671
Age : 26
Localisation : München City
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 21 Déc - 14:32

Ly' Very Happy
Wa, ça devient carrément mystérieusement mystérieux là, j'ai l'impression d'être paumée x)

J'aime I love you
Vite une suite Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylean
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 401
Age : 28
Localisation : quelque part où il fait beau...
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 21 Déc - 17:22

Après divers incidents techniques... *GRRR*
Je suite, je suite^^ Very Happy



_________________________________________


Et maintenant… Direction, le Danube…


Cette fois, plus question de flâner. Elle ne peut pas être trop en retard si elle doit rappeler.
Alors elle court dans les rues, ou les jardins, selon que son trajet rectiligne le nécessite ou pas.
Le tantô a retrouvé sa place dans son dos. Elle se félicite intérieurement de ne pas avoir eu à l’utiliser pour « endormir » les gardiens. Sa veste est de nouveau tournée côté « kimono ».
D’abord, ça fera moins de sang. On lui posera moins de question. Ensuite c’est plus pratique pour courir.

Donaustrasse…
Elle se rapproche… Mais est-ce que c’est le bon côté ?
Prise de doute, elle grimpe au faîte d’une maison et observe la ville lumineuse.
Là-bas, à quatre rues, un cybercafé encore ouvert. Elle va pouvoir vérifier.

Dix minutes plus tard, elle se dit que vraiment, Wikipédia est un précieux allié.
Le Danube Moyenâgeux est en fait un ancien bras détourné depuis longtemps, appelé non pas « Donau » ( Danube ) mais « Donaukanal » ( Canal du Danube ), dont le quartier est plus proche que prévu. La « Fischhändlerstrasse » ( Rue du Poissonnier ) est à trois pâtés de maison.

Ragaillardie, par la nouvelle et le café, elle fonce sans perdre une minute.


Arrivée devant une vielle bâtisse, elle reste perplexe.
Est-ce vraiment un hôtel ?
On dirait une vieille bicoque oubliée par un maçon depuis des lustres…
Le velux de toit n’est même pas fermé… Le velux !

Lestement, elle grimpe en se servant des anciennes poutrelles en bois apparentes.
Elle atteint le toit, et se glisse par l’ouverture.

Comme prévu, les poutres et solives de soutènement sont laissées apparentes dans ce genre de maison. Elle va pouvoir jouer les équilibriste sans avoir à toucher le sol ou un éventuel détecteur de présence…
Descendre les étages n’est pas vraiment évident, mais en prenant son temps, elle arrive dans le hall sans trop de mal et se pose sur le comptoir.

Le registre n’a même pas été rangé dans un tiroir fermé… C’est presque trop facile.
Le livre sous le bras, elle remonte quand même dans les hauteurs de la charpente.

Sensei… Merci pour tout ce que vous m’avez appris.
L’utilisation de vos connaissances n’est peut-être pas très orthodoxe en ce qui me concerne, mais elles me sont une aide précieuse…
Merci pour tout.


Elle ouvre son butin.
Et manque de ruiner son opération par un cri de stupeur :
A la dernière page, un billet de 50euros et un peu de monnaie ont failli s’écraser sur le sol.

Le règlement est accompagné d’un message chiffonné d’une écriture maladroite qu’elle a reconnue tout de suite.
David a quitté l’hôtel a 23h30 cette nuit !
Peu importe le reste du message, il est envolé.
De rage, elle a envie de jeter le tout par terre…


Comme dans un rêve, elle est ressortie et est rentrée vannée à son hôtel. Elle a appelé le gardien du conservatoire pour lui raccrocher quasiment au nez, a pris une douche, jeté ses vêtements maculés de sang et s’est affalée sur son lit.
Tout ça pour rien ! C’est désespérant.

Elle regarde un moment le tantô qu’elle tient dans son poing et le lance sur un coussin qui traîne. Puis se ravise, va le chercher, pour le ranger précautionneusement dans sa boite et extrait son kodachi de sa cachette. Elle le tient devant elle un moment, avant de faire glisser lentement le fourreau pour dévoiler la lame.

Spoiler:
 

La lune joue avec le hamon du « Petit Sabre », révélant ses éclats argentés.

Spoiler:
 

Avec d’infinies précautions, elle esquisse quelques mouvements et danse un instant sur le tapis. Puis elle soupire, calmée. Le kendô doit être la seule chose au monde qui lui apporte cet apaisement du corps, cet oubli de l’esprit dans le geste.

La musique aussi… Mais ce n’est pas pareil. Ce sont deux choses trop distinctes.
Rassérénée, elle range le sabre à sa place et va se coucher, un regret au cœur tout de même.

« Ne t’inquiètes pas, Petite Sœur, tu trouveras une solution… »
Merci…
« Dors…! Tu en as besoin... »




________________________________

note : j'ai vraiment été chercher sur Wiki^^


voilou !
alors ? Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-Xtreme
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1179
Age : 23
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 21 Déc - 21:19

Neutral

Wahou, j'aime beaucoup !!!


Hâte de lire la suite, j'me demande comment elle va pouvoir le retrouver !! ^^


I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/angelique.pionnier
cc622
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1751
Age : 25
Localisation : Sur un toit avec Marie et Kloé, à regarder les étoiles avec un verre de rosé...
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 21 Déc - 22:01

Ha mais c'est carrément une autre facette de ton héroïne que tu nous montre là !
Elle est fascinante Smile
Vivement la suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://other-theory.skyrock.com
Pingoo
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1164
Age : 25
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Dim 21 Déc - 22:13

Whaaaaaaa *-*

J'ai tout lu d'un coup =D
& je dois dire que je suis... époustouflée, oui, c'est le terme.

Cette fic', c'est vraiment une des meilleurs que j'ai lu et elle est vraiment sublime.
C'est poignant, tragique, fascinant et bourré de mystères...

On dirait vraiment un morceau de musique classique, une alternance de moments assez "doux" et d'autres plus "forts", voir même fragile et dangereux comme du cristal...

Je suis sous le charme.
Merci pour cette fic Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.formspring.me/Piiingoo
Lisaaah.
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 198
Age : 23
Localisation : Montauban (Huit-deux représente ;D)
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Lun 22 Déc - 0:55

Aaaaaaaaaaaaaa =D Quelle belle suite Smile C'est vrai que comme le dit cc622 c'est une autre facette de sa personalité que l'on voit.^^

BRAVO J'aime toujours autant =D
& il me tarde la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylean
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 401
Age : 28
Localisation : quelque part où il fait beau...
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Lun 22 Déc - 1:33

*yahouuu ! une nouvelle lectrice !! cheers *

Embarassed Oooh Pingoo, tu me flattes là...
mais quand même, tout d'un coup, t'es courageuse !
tu lis depuis quelle heure ?

Et ta comparaison avec le morceau de classique, on me l'avais pas encore faite, je sais pas si elle est pertinente, mais c'est super mignon !
*c'est ptêt parce que j'écoute du classique en écrivant ... ? Wink *


merci les filles, ça me fait plaisir vos posts Very Happy
*en fait, j'avais un peu peur que mon héroine détonnes, avec cette nouvelle facette, mais puisque ça vous plait^^


*post le début du chap3, poste pas... ?
oui ?
non ?* Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pingoo
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1164
Age : 25
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Lun 22 Déc - 10:48

Je ne sais pas combien de temps il m'a fallu pour lire, j'étais trop plongée dedans pour faire attention à l'heure...

Environ une heure trente je dirais... Je sais plus ^^'

J'espère que tu nous posteras rapidement la suite en tout cas ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.formspring.me/Piiingoo
Titane
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Messages : 1671
Age : 26
Localisation : München City
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Lun 22 Déc - 14:13

J'adore ce nouveau côté de la personnalité de ton héroïne I love you
Je veux, j'exige une suite Razz

Jusqu'au bout je te lirais ma Ly' =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisaaah.
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 198
Age : 23
Localisation : Montauban (Huit-deux représente ;D)
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Lun 22 Déc - 16:17

*post le début du chap3, poste pas... ?
oui ?
non ?* Razz


OUI OUI OUIIIIII =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cc622
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1751
Age : 25
Localisation : Sur un toit avec Marie et Kloé, à regarder les étoiles avec un verre de rosé...
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Lun 22 Déc - 21:42

Bien sûr que tu postes Lylean Very Happy
Et vite Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://other-theory.skyrock.com
Lylean
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 401
Age : 28
Localisation : quelque part où il fait beau...
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 18:10

En exclusivité, parce c'est NÖel et avant la fin 2008
MON CHAPITRE 3 !!!!! Very Happy


comme la dernière fois , j'vous mets le sommaire :


CHAPITRE 3 : Croisées des Chemins

partie 00 :
1 - Le retour de l'enfant prodige
2 - Entretiens entre deux bulles...

Partie 01 :
1 - Annales du commissariat de quartier n°5 d'Hambourg _ Pan!k générale
2 - Tournez Manège ! _ Démoniaque Intégrité

Partie 02
1 - "Allô, Maman ? _ Bobos !"
2 - Remue-Ménage à l'Hôtel du Chat Gris
3 - Tactique de Chasse

Partie 03
1 - Explications
2 - Promesse




_____________________________________________


CHAPITRE 3 : Croisées des Chemins

PARTIE 00
( Le retour de l’enfant prodige )



Il est dix heures et demie du matin lorsqu’une Volvo défraîchie déboule sur la grande artère routière d’Hambourg, semant la panique parmi les usagers.
Flashé à quatre reprises à plus de 300 kms/h. sur l’autoroute mais impossible à arrêter, la Volvo est depuis 8 heures du matin, filée par la police des différents länder.
Ce qui n’a bien sûr pas incité son conducteur à ralentir.
Mais arrivée en vue des quais, face au pont mobile de 32 tonnes relevé, que peut faire une voiture quatre fois plus légère, à part s’écraser ?


§§§



« Qu’eest-ce qu’il fouut, encore ?
_ TIMOO !! Ramène-toi …! –Soupire pour la septième fois le bassiste, devant la mine boudeuse de Jan.
_ Chris… On devrait peut-être tous essayer de se reposer, plutôt que de bosser aujourd’hui. –Demande doucement Franky, assis sur le canapé du studio.
Tu as vu ta tête ?
_ Et toi ? Viens pas me dire que t’as dormi.
Avec des valises pareilles sous les yeux, je te croirais pas.
Pour toute réponse, le chanteur baisse la tête accablé.
_ Oh… Franky, Vieux, je suis désolé ! Mais qu’est-ce que tu veux que j’y fasse, hein ?
C’est pas moi qui nous ai traîné dans ce studio à 10h du matin…
_ Toi, t’as pas dormi. Moi, j’ai passé mes trois seules heures de sommeil à faire des cauchemars. Quant à…
_ TIMOOOOOOOOO… -Beugle Jan, en vain.
_ … J’ai été le coucher hier soir. –Reprend Frank. Il avait les yeux écarquillés et il fixait le plafond. Je l’ai pas vu ciller une seule fois.
Crois-moi ou non, ce matin, je l’ai retrouvé exactement dans la même position.
Les yeux en plus rouges.
Franky se prend la tête entre les mains, tandis que Linke se pose douloureusement à son côté sur le canapé.

Un peu plus loin, Jan, lassé, a traîné le MC dans la pièce et essaie de le faire réagir à diverses formes de stimulus ( dont un coup de pied dans le tibia et une gifle assourdissante ).
Saki, adossé dans un coin remue tristement la tête en contemplant Timo, à présent assis – par la force de Jan – sur le sol.
_ Arrête de t’acharner, tu vois bien qu’il est complètement ailleurs.
_ Mais… mais…
Les yeux fatigués du DJ s’emplissent de larmes, malgré lui.
_ … On peut pas le laisser comme ça… ?! –Supplie t’il d’une voix désespérée.
_ Moi, ce que je me demande, c’est où Juri a bien pu passer. –Ajoute Franky.
_ Surtout que c’est lui qui nous a amené là sans rien nous dire ! –Bougonne le bassiste.
A quoi il pense ce…
_ JE VAIS LE TUEEEEEEEEEER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Le hurlement venu du couloir fait trembler la cloison, et a cloué les quatre compères sur place. Même Timo a relevé la tête.

VLAAANG !!

La porte du studio s’est décrochée de ses gonds pour aller s’encastrer dans le mur insonorisé à 1000 euros. Et elle est enfoncée en son centre par le poing rageur de Juri, qui peine à ne pas briser le téléphone qu’il tient dans l’autre main.
_ LEVEZ-VOUS ! ON SE BARRE ! –Déclare le batteur au regard meurtrier.
_ … On va où… ? –Risque Jan
_ AU COMMISSARIAT !!! –Répond l’autre, déjà dans le couloir.
Il revient en coup de vent avec les manteaux des autres et leurs jette à la figure.
_ … C’est là que se trouve ta prochaine victime ? –Plaisante Linke.
Frank ne le laisse pas finir.
_ C’est qui ?
Le batteur lui retourne un regard de haine absolue.
_ DAVIID !!!!!


_ QUOOOOIIIIIII ?!!!!!!
Le DJ, terrorisé par le hurlement qui a soudain jailli dans ses oreilles a fait un bond de deux mètres en arrière. Timo, brusquement debout, vient de lui décrocher le tympan gauche.
Comme il a stupéfié le reste de la bande.
_ Il est… Il est…
Au commissariat ?! … ICI ?!!!
A HAMBOURG !!!!!?
Juri, étouffé par la poigne du MC ne peux qu’acquiescer de la tête.
Incapable de dire un mot, Timo le lâche mécaniquement.
_ Alors… Tu avais réussi ? –Souffle Linke.
_ Moui… -Lâche le batteur, revoyant la porte défoncée du bureau de Michi et les dégâts dans le système informatique.
_ Ben alors, les asperges ?! Qu’est-ce que vous attendez ?
Jan les toise de l’encadrement de la porte, suivi de Franky.
Le DJ a une batte entre les mains, le chanteur une lueur sadique dans le regard.
_ J’ai une affaire à régler avec un certain jeune homme, moi. –S’avance Saki, toute son impressionnante aura désormais restaurée.
Linke et Juri se regardent et le bassiste franchi d’un pas décidé ce qui reste de l’embrasure.
Ils rejoignent la voiture de Timo dont le moteur rugit autant que son propriétaire.
Assis contre la fenêtre, à regarder la ville défiler à toute vitesse, Juri sent sa colère diminuer.

[_ … Juri…
Je … J’savais pas !!!
Je !!…

… ‘Sais pas quoi te dire… »

[…]
_ T’es toujours là, toi ?
_ Je ne vous ai jamais laissé tomber, Ju’…

[…]

_ « Dimtri’s Revival » …

_ … T’as changé David.
Je sais pas en quoi, t’as changé…
Et le pire, c’est que t’es resté le même.

[…]

_ Je rentre, Juri.

Je rentre.
Définitivement.
_ … Tu’

_ Je rentre, point barre.

[…]
_ … Je ne peux pas expliquer.

… Mais…

… Je … le ferais.

… Promis.]


Juri songe à la voix de son ami, avant de regarder les autres excités, assis à côté de lui. David…Celle-là, t’as intérêt à la tenir.
Sourire sardonique du batteur, qui contemple les excités de devant.

J’espère seulement que tu seras encore vivant à ce moment-là…





________________________________________________



( Entretiens entre deux bulles… )



Une Wolswagen limousine noire avec chauffeur tourne pour la troisième fois le coin du pâté de maison, son conducteur essayant en vain de trouver une place qui soit assez grande pour se garer. Excédé, le propriétaire se fait finalement déposer devant l’hôtel et ordonne à son chauffeur de revenir le chercher une heure plus tard.


§§§



[ un peu plus tôt ]

« Mademoiselle ? C’est la femme de chambre… Puis-je entrer ?
_ Oui, bien sûr !

Elle s’empresse de cacher ses vêtements de la soirée dans le double fond de sa valise, et ouvre la porte à une jeune femme joviale qui doit avoir à peu près son âge et qui parle un français maladroit.

_ Ah !? Vous n’êtes pas encore habillée ? Je vais repasser alors !
_ Non, non ! Le temps que je prenne un bain, vous n’avez qu’à vous occuper du reste.
Je ferais vite.
_ Oh, surtout pas ! Prenez donc votre bain.
De toute façon… -Elle jette un œil circonspect a la pièce, vous n’avez pas l’air d’être « bazardée » vous, alors ce sera vite fait.
Je peux vous confier la salle de bain ?
_ Ne vous inquiétez pas – dit elle en souriant face à la tentative d’argot de la bonne, Je vous la rendrai propre.
_ Dankeschön ! »


Elle se glisse dans l’eau avec ravissement.
Après la nuit qu’elle a eu, elle peut bien s’offrir ça.
Et puisqu’on semble, qu’elle refuse ou non, décidé à faire ses quatre volontés dans cet hôtel…

Elle essaie différents bains moussants parfumés, tout en écoutant la bonne farfouiller en chantonnant de l’autre côté. Puis la porte claque et elle peut enfin écouter le calme silencieux de ce dimanche matin.

Vrrrrrrr….

Le moteur d’une voiture puissante sous ses fenêtres.
Agacée et intriguée, elle ouvre la lucarne et observe le fauteur de trouble.
Une grosse limousine essaie de se garer sans succès dans la rue.
Pour finir par déposer un homme bedonnant, la quarantaine suffisante, qui s’engouffre en ronchonnant dans l’hôtel.
Ca sent les ennuis…
Boudeuse, elle se renfonce dans l’eau chaude.

Le téléphone sonne.
Une fois.
Deux fois. Trois fois.
Elle sourit en évoquant à ses oreilles la puissante symphonie n°1 « Titan » de Mahler et oublie le son discordant qui s’agite dans le salon.

Toc, toc toc !


« Mademoiselle ? Mademoiselle ?!
C’est le room-service ! On a téléphoné.
_ …
Vous n’avez pas entendu ? Il y a un problème ?
_ …
_ Mademoiselle… ?
Un Monsieur important souhaite vous voir !

Nous y voilà…


_ … Veuillez répondre à l’importun qui a gâché le moment de mon bain avec sa rutilante et néanmoins tape-à-l’œil limousine, dans laquelle je ne monterais pas boire un verre de scotch ; que ce qu’il a à me dire ne m’intéresse pas. –dicte t’elle du fond de la baignoire.
_ Mais… Mademoiselle !?
_ Permettez…
Mademoiselle, je me présente –Dit une grosse voix sonore et grasseyante derrière la porte, Monsieur Stroponi, président de l’Orchestre Européen.
Vous n’ignorez sans doute pas qui nous sommes, n’est-ce pas ?

« Un ramassis d’artistes imbus d’eux-mêmes avec lesquels je n’ai certainement pas envie de travailler, dirigé par une andouille qui collectionne les catastrophes et les scandales, et qui espère bien me mettre dans sa poche pour redorer son blason. » eut-elle envie de lui répondre.

_ … Non…
_ Mademoiselle, j’aimerais vous proposer un poste dans notre formation.
_ …
_ … U…Une place de soliste, bien évidemment ! –Continuait l’andouille.
Vous serez traitée comme il se doit et bénéficierez des meilleurs avantages qu’une musicienne de talent puisse avoir.
_ … Tout ce que je veux… ? –Persifle t’elle.
Si je me conduis comme une diva, vous exécuterez tous mes caprices ?
_ Heum… Oui, bien sûr !
Rien n’est trop beau pour un artiste, n’est-ce pas ? – Il rit jaune en se frottant les mains.

Andouille…

_ NON MERCI ! –Clame t’elle du fond de sa mousse senteur jasmin.
_ …Mais… euh… – Il tombe des nues.
_ JE NE SUIS PAS A VENDRE –continue t’elle. ET ENCORE MOINS A ACHETER !
_ Mais…
_ AU REVOIR Mr STROPONI ! » –assène t’elle d’une voix chantante, hilare.

Eh bé… S’ils sont tous comme ça, je vais m’amuser, moi…

Elle ricane en pensant aux innombrables autres visites qu’elle va sûrement recevoir aujourd’hui. Pas question de se laisser marcher sur les pieds ou de se laisser impressionner.

« Fille de la campagne, musicienne » = « gourde manipulable » dans le monde du « show-bizz » lui avait expliqué David en coulisse, la veille.

Message reçu.
De toute façon, elle était loin de coller à cette image.

Et en plus, après son expédition ratée de la nuit et son bain dérangé, elle ne se sent pas du tout d’humeur à être gentille. Au diable les inconnus, elle n’examinera que les meilleures propositions, si elles sont sérieusement défendues et qu’on ne la prend pas pour une cruche.
Et merde à la patrie.


________________________



santa " petiiiteuuh Ly' NOowell... quand nous poste-tu la suiiiite...?
on veuuuuuut savoir la fin d'l'histoiiire... " What a Face



Joyeux nowel a toutes mes lectrices que j'aime !!! I love you
Merci de me suivre !!! Very Happy




*si vous êtes sages et qu'vous avez pas fait d'bêtises cette année, z'aurez p'têt un cadeau Wink *



BISOUUS A TOUUUTES !!!!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titane
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Messages : 1671
Age : 26
Localisation : München City
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 18:16

Yeaaah comment elle les envoie bouler x'D trop bon !
J'aime encore et toujours I love you !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pingoo
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1164
Age : 25
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 18:31

Ah !
Elle est juste trop forte cette fille, respect !

Et j'en viendrais presque à plaindre David...
Presque... Twisted Evil
J'ai vraiment hâte de voir (lire !) la confrontation entre David et Timo... Et les autres...

Noyeux Joel ! Joyeux Noël ! santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.formspring.me/Piiingoo
Lylean
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 401
Age : 28
Localisation : quelque part où il fait beau...
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 18:56

Lisouuu I love you t'es au taquet, ça fait plaisir !!!

( en matière de boulage, je me suis déchainée. Elle fait pire après What a Face Mais je crois que pour ce qui est du "cassage" j'ai pas réussi à t'égaler^^ )

la suite va plaire a tout le monde, je crois... Wink
Je redeviens drôle Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titane
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Messages : 1671
Age : 26
Localisation : München City
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 19:07

M'égaler au niveau du "cassage" ? Niveau personnages ou moi ? x'D
J'ai hâte de lire la suite ! :'D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cc622
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1751
Age : 25
Localisation : Sur un toit avec Marie et Kloé, à regarder les étoiles avec un verre de rosé...
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 19:10

J'ai pas le temps de lire ça ce soir malheureusement Sad
Je m'y met demain à la première heure Very Happy
Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://other-theory.skyrock.com
Lisaaah.
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 198
Age : 23
Localisation : Montauban (Huit-deux représente ;D)
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 24 Déc - 21:17

A elle gère =D

J'adore les détails dans ce que t'écris xD "le mur insonorisé à 1000 euros"

Comme Pingoo, je veux voir la confrontation rabbit


Merci du cadeau de Noël Wink

Bravoooo =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cc622
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1751
Age : 25
Localisation : Sur un toit avec Marie et Kloé, à regarder les étoiles avec un verre de rosé...
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Sam 27 Déc - 0:38

J'adore Very Happy
Elle est géniale en toutes circonstances ^^ Razz
C'est un régal Lylean =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://other-theory.skyrock.com
Lylean
Revolution BRONZE
avatar

Féminin Messages : 401
Age : 28
Localisation : quelque part où il fait beau...
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 31 Déc - 16:29

Allez, un petit cadeau avant la fin 2008 ^^
la totalité de la partie 1 Very Happy


___________________________________________________

PARTIE 01
( Annales du commissariat de quartier n°5 d’Hambourg : Pan!k générale )



Les deux « Polizei » discutaient tranquillement, en fumant une cigarette dans la clarté matinale de ce dimanche matin.

« J’suis rudement content qu’on ait fini ce truc !
_ Mouais, les poursuites sur l’autoroute, à 8 heures un dimanche matin…
*Fiuu *
Mais à quoi ils pensent, les jeunes ?
_ Hmm… J’vais nous chercher du café.
_ Ah ! Bonne idée !
Le premier fait trois pas en direction de la porte du commissariat.

_ Au fait, qu’est-ce que tu v… ??!
* Aarg !!! *
_ Ben ? Qu’est-ce que t’as à faire cette tête de trois pieds d’long, Vieux ?
Haha ! Ha ha ha ! T’es impayable !!
Sacré farceur, vaa… ??!!
* ouaah !!!*

Le rugissement d’un moteur 32 chevaux les interromps.
Au volant, un jeune homme casquetté, avec un rictus démoniaque.
Derrière, hurlants, toutes fenêtres ouvertes, des visages tout aussi peu avenant, et une batte de base-ball brandie.
Et ça vient droit sur eux.

_ AAAAAAH !!!!!! »

§§§



« FREINEUH !! Mais FREEIINE, bon sang !!!
_ Tu veux nous tuer ou quooiii ?!! »

Timo écrase le champignon tant qu’il peut, Linke est accroché au volant, essayant de détourner la voiture de la devanture des boutiques avoisinantes, et leurs quatre passagers observent cramponnés aux sièges en priant pour que la situation se rétablisse.

La voiture pile dans un grincement d’enfer à un mètre des policiers.
Une forte odeur de caoutchouc fondu, associé à l’odeur de l’asphalte chauffée au rouge s’en dégage. La porte arrière se décoince d’un coup et Jan sort comme il peut, en titubant, suivi par les autres. Timo est descendu et regarde ses compères avec un grand sourire.

« Vous voyez ? Résultat nickel ! Pile devant le poste !!
Jan serre le poing sur le métal et brandit la batte de base-ball.
_TIMOOO !!!!
Il se poursuivent autour de la voiture.
_ … Franky, tu as du papier sur toi ?
_ Euh… Oui. –Répond le chanteur, interdit par la demande de son garde du corps.
_Qu’est-ce que tu écris ? –demande Juri.
_ Une déclaration signable sous serment.
Pour Timo.
Interdiction à vie de prendre le volant.
Question de sécurité élémentaire.
_ Donne moi une autre feuille ! –Halète Linke, qui a enfin réussi à se dégager de la place du mort.
Moi aussi j’ai un truc à écrire pour Timo.
_ Et c’est ? –Demande Franky en lui tendant la feuille, alors que Saki est parti à la poursuite des deux autres garnements.
_ Son arrêt de mort !!

Les policiers sont médusés.

« Diites… Vous oubliez pas quelque chose… ? –Demande Juri, désabusé.

David, par exemple… c’est lui qu’on devait tuer à la base…

Devant lui, Saki a attrapé Jan, pour l’empêcher de démolir Timo à coup de batte, Linke veut le forcer à signer les papiers avec son sang, le tout sous la bonne garde de Franky, armé de la batte, prêt à frapper le MC au moindre geste suspect.

A ses côtés, la pauvre voiture a rendu l’âme. Le moteur a bruyamment tressauté trois fois avant d’émettre un bruit de dégonflement, tel un gros soupir ; qui doit sûrement provenir des pneus.

_ On vous dérange pas trop j’espère ? –demande le premier policier en s’approchant du batteur.

Oh… C’est pas vrai.
On est devant un…
commissariat.
… Mais qu’est-ce que c’est que cette journée pourrie !?
D’abord Michi, après David, et maintenant, ça !
C’est sûr, « Sagittaires, ne sortez pas de chez vous ! », c’était l’horoscope d’aujourd’hui…

Le batteur se passe la main sur le visage.
Quand il se redresse face aux deux policiers son regard est sans appel.

_ Enfermez-les. Tous.
J’en ai marre, ils me gonflent trop. »


( Tournez Manège ! _ Démoniaque Intégrité )




Elle s’amusait comme une folle. Oh que oui.
Présidents, directeurs, chefs d’orchestres, premiers solistes, secrétaires, délégués, portes-parole, publicitaires, agents, managers, journalistes…
Ca faisait du bien d’être méchante de temps en temps.

Surtout un dimanche matin.
Surtout au téléphone.
Pour balancer des saloperies et raccrocher au nez.
« Si vous venez me vendre de l’électroménager, du luminaire, des fenêtres ou je ne sais quoi encore, sachez que nous sommes au Hilton, ici, je n’ai pas besoin de vos services… »

Surtout avec les journalistes.
Ceux –là, elle ne prenait pas de gants. Oh non !
« Comment, journaliste ? Journaliste people ?
Il y a des gens pour faire un métier pareil !? Vous ne manquez vraiment pas de culot.
[…]
Mais qu’est-ce que vous avez à m’interrompre tout le temps ?!
On ne vous a jamais appris la politesse ?
[…]
Journaliste « Musical » ?
Mon cul, oui !
Aujourd’hui, « musical », « spécialisé » ou autre chose…
Quand on parle de musique, ça ne veut rien dire d’autre que « People. »
Et encore, j’ai pas dit « Paparazzi ».
[…]
Comment ça, c’est fort de café ?!!
Vous m’avez fait subir un interrogatoire en règle à peine j’avais reçu mon prix hier, j’ai répondu à toutes les questions possibles, quand on me laissait en placer une ; et vous venez encore me casser les pieds ?!!
[…]
Qu’est-ce que vous voulez savoir ? Si j’ai un string en dentelle verte ?
Quoi « Vous vous en fichez » !!? C’est ça qui fait vos articles non ?!
[…]
Et un procès pour Violation de la Vie Privée d’Autrui, Ingérence Intempestive dans le Quotidien d’une Personne Publique et Harcèlement Moral Aggravé ; vous vous en fichez aussi !!!? […] »


Surtout avec les vieux grippes-sous de quarante ans et plus.
Bedonnants, alcooliques mondains, fumeurs de cigares, parfumés à l’after shave périmé et qui croyaient avoir du charme.
« Bon, alors soyons clairs.
Un, je n’intégrerai pas votre formation.
Deux, je n’intégrerai pas votre formation.
Et Trois, vous n’aurez aucune explication si vous ne me laissez pas finir.
Quatre, vous ne m’intéressez pas.

[ Cinq, vous sentez le bouc, changez d’after shave, arrêtez l’alcool, le cigare et lavez-vous les dents.
Six, vous n’avez aucun attrait physique.]
Sept, je ne suis pas intéressée par l’argent ou le pouvoir chez un homme.
Huit, vous allez rentrer chez vous, et vous excusez auprès de votre femme,
Avant de Neuf, suivre ces conseils à la lettre si vous ne voulez pas finir tout seul.
Dix, ce ne sont que des conseils d’amis, je n’ai pas à me mêler de vos affaires.
Onze, je ne mélange jamais travail et plaisirs au sens où vous les entendez.
Douze, il n’y a pas de Cinq et Six, parce que la politesse m’empêche de vous les dire à voix haute.
Treize, je pourrais interpréter votre négociation comme Harcèlement Moral à Caractère Sexuel ou Pernicieux, qu’est-ce que vous en dites ?
Quatorze, nous sommes donc bien d’accord.
Quinze, je ne signe pas et vous sortez d’ici sans faire d’histoires.
Merci ! »

[ Et tout ça, avec le sourire, bien sûr…]

Surtout avec les femmes d’affaires.
Hautes sur talons, minces comme des fils de fer, plates comme une planche à repasser.
Hautaines, vulgaires, méprisantes et méprisables.
« … Hm, hm, bien sûr…
Dites-moi, vous avez déjà couché avec votre patron ?
Non, rien du tout… Ce n’est qu’une hypothèse…
Ah ? C’est vous le patron ?
[ sourire innocent ]
Désolée alors, je ne coucherai pas avec vous.
Vous êtes bien trop plate.

[ et toc !]
Comment ça, je suis insolente ?
[ sincère étonnement]
Moi je trouve ça justifié de répondre par l’insolence à quelqu’un qui vient vous voir avec des a priori et qui, pendant tout ce qui est censé être une négociation sérieuse ; se promène de long en large en contemplant le mobilier, n’a pas la décence d’enlever ses talons hauts dégoûtants de boue qui font des trous dans la moquette à 1200 euros – Rappelez-moi votre boite, que je vous envoie la facture – [ et hop ! ] , ne se donne même pas la peine de regarder son interlocuteur, et n’est même pas honnête avec elle même lorsqu’elle affirme ne pas avoir couché avec ses supérieurs ou ses subordonnés pour en arriver là, croyant désespérément que son beau visage pourra masquer son manque de forme et l’impureté de son âme…
[ Autrement dit : « Mais enfin, l’insolence c’est la seule réaction possible face à une femme de votre genre…
Comment avez-vous fait pour ne pas vous en apercevoir ? Oh ! Pardon, j’oubliais : en réalité, vous êtes cruche.
Et moi pas, contrairement à ce que vous pensiez. »
Le tout avec un sourire charmeur, évidemment.]

Elle détestait les hypocrites.

Être gentille, mais pas trop, avec les sous-fifres.
Qu’on avait envoyés parce qu’il fallait quelqu’un.
Qui plaidait la cause de leur patron comme ils pouvaient.
Dire gentiment : « Ce n’est pas contre vous, mais j’ai horreur de ne pas être prise au sérieux. Or en vous envoyant, c’est ce que fait votre patron. »

Jouer ( un peu ) les divas.
« Vous n’aûriez pâs des cannebêêrges du Canadâ ? Pour môn Thé. »
Se faire désirer.
« Quoi ? Ca fait un quart d’heure que vous attendez au salon ?
Vraiment, le room-service est incompétent… Je vous prie de m’excuser… »

Être exigeante, intransigeante.
« Je ne suis pas là pour faire potiche.
Je veux un emploi sécurisé avec des garanties. »

Rester polie et congédier ( méchamment ) avec le sourire.
« Mââiiis bien sûûr, très Chêr… Huhu… »

Respecter ses principes. Se respecter.
Se défouler.
Evacuer la colère, la frustration.
En s’amusant.
Aux dépends d’autrui ( c’est déloyal ), mais elle en avait marre.
Elle ne supporte pas qu’on lui force la main.
Ils l’avaient horripilée au plus haut point.
Alors Vengeance.
Basse, mesquine, minable.
Libératrice, drôle, jubilatoire.
Elle s’amusait comme une folle. Oh que oui !


___________________________________________

voilou !! Very Happy
Bonne année a toutes mes lectrices que j'aime !!

Votre Ly' =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pingoo
Revolution PLATINE
avatar

Féminin Messages : 1164
Age : 25
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 31 Déc - 16:44

...

Beuh, ça y est, je suis frustrée là xD

Mon Dieu, j'adore ce chapitre, les Panik sont tous plus cinglés les uns que les autres (pauvre Juri & pauvre voiture TT) et Elle* est tout simplement formidable...

J'ai vraiment, vraiment, vraiment hâte de lire la suite...

Bonne année !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.formspring.me/Piiingoo
panik-fans
Revolution
avatar

Féminin Messages : 36
Age : 26
Localisation : Belgique(Namur)
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 31 Déc - 16:53

XD . .Et bien maintenant que j'ai lu tout. . j'attend la suite avec impatience !!

Tu nous a donner la possibilité de lire une magnifique histoire. . ^^

J'adore, merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://COBHC.com
Lisaaah.
Panik FAN
avatar

Féminin Messages : 198
Age : 23
Localisation : Montauban (Huit-deux représente ;D)
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   Mer 31 Déc - 18:42

MDRR les Panik sont des gros clanpiiiiiins tututuu

& Cmt elle rembale les gens! c'est magnifique^^

Merci pour ce chapitre, & la suite l'année prochaine Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FanFiction] La Valse Vie de Vienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FanFiction] La Valse Vie de Vienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» [fanfiction] L'amour sur msn
» Saison 2010-2011 Vienne
» [ Fanfiction] Et si on partait en Tourbus ?
» Johann Strauss Père (1804-1849)
» [Fanfiction] H e i l i g [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.Panik-Music.fr :: Divers :: Fan Fictions-
Sauter vers: